Risque de sécheresse : une situation jugée préoccupante

Alors que les sols sont secs et les nappes phréatiques en baisse, le Comité d’anticipation et de suivi hydrologique s'est réuni le 18 mai 2022. Il alerte sur le faible niveau général de pluviométrie constaté en France ces derniers mois et sur les risques accrus de sécheresse d’ici la fin de l’été.

Irrigation des cultures.
Les cumuls de pluie observés sur l’ensemble du territoire ont été déficitaires de 25% et la période de vidange des réserves d’eau contenues dans les nappes phréatiques a été plus précoce. © Dave Willman - stock.adobe.com

Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine, Pays-de-la-Loire et Centre-Val-de-Loire… Ces régions pourraient être fortement touchées par la sécheresse durant l’été 2022, selon le Comité d'anticipation et de suivi hydrologique (CASH), réuni le 18 mai 2022,  sous l’égide du Comité national de l’eau.

Ces situations de sécheresse sont la conséquence de multiples facteurs :

  • le manque de pluie ;
  • le manque d’eau dans les sols qui nuit au développement de la végétation ;
  • un niveau anormalement bas des cours d’eau, lacs ou nappes d'eau souterraine.

15 départements soumis à des mesures de restriction d'eau

Le Bulletin national de situation hydrologique (BSH) du 11 mai 2022 fait état, pour le mois de mai, de "passages perturbés rares pour la saison" avec moins de dix jours de pluie en moyenne excepté du sud de l'Aquitaine aux Pyrénées ariégeoises.

Globalement, les cumuls de pluie observés sur l’ensemble du territoire ont été déficitaires de 25%. La période de vidange des réserves d’eau contenues dans les nappes phréatiques a été plus précoce (deux à trois mois d’avance). Les débits des cours d’eau ont été plus faibles sur le pourtour méditerranéen et l’Auvergne avec des mesures souvent inférieures à 40% du débit moyen interannuel.

Le BSH évoque une situation "particulièrement préoccupante". Au 11 mai 2022, 15 départements sont déjà soumis à des mesures de restriction d’eau (contre 12 en 2021 et 6 en 2020).

La cartographie prévisionnelle pour la fin de l’été 2022, réalisée notamment à partir des données de Météo-France, fait apparaitre déjà des départements en état de sécheresse des sols. Cinq régions y sont classées en niveau de risque de sécheresse "très probable".

Quelle gestion de la ressource en eau ?

Les politiques de ressources en eau des territoires sont définies dans une directive européenne sur l‘eau de 2000 à travers des Schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) fixant pour six ans les orientations qui permettent d'atteindre les objectifs en matière de "bon état des eaux". Ces SDAGE sont gérés par des comités de bassin composés d’élus des collectivités, de représentants des usagers de l’eau et de représentants de l’État. Il y a sept bassins sur le territoire métropolitain :

  • Adour-Garonne ;
  • Artois-Picardie ;
  • Corse ;
  • Loire-Bretagne ;
  • Rhin-Meuse ;
  • Rhône-Méditerranée ;
  • Seine-Normandie.

Face à des prévisions de sécheresse, des mesures d’anticipation peuvent être prises en particulier par des mesures préfectorales de restriction d’usage de l'eau (restriction des prélèvements agricoles, interdiction à certaines heures d'arroser des espaces verts ou des jardins ou encore de laver des voitures...).