Réhabiliter l’étang de Berre ? Évaluation des effets d’un pompage au travers du tunnel du Rove sur l'écosystème de l'étang. Autres pistes

Auteur(s) moral(aux) : Conseil général de l'Environnement et du Développement durable

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

L'étang de Berre et les milieux associés constituent l'une des plus grandes lagunes européennes. Les évolutions de son aménagement depuis 150 ans ont plusieurs fois fait basculer son état écologique entre masse d'eau quasi marine et étang d'eau presque douce. Des contentieux se sont développés au début des années 1990 qui se sont achevés par la condamnation de la France par la Cour de justice de la communauté européenne et par des modifications très importantes des conditions du turbinage en 2006.
Depuis, ces nouvelles règles d'exploitation et les progrès sur l'épuration des eaux usées industrielles et urbaines se traduisent par des améliorations sensibles mais limitées de l'état des écosystèmes. La mission a pour objet de cerner les effets à attendre de différentes hypothèses de pompage, en l'état le plus actuel du savoir scientifique, de proposer une gouvernance efficace pour le projet et d'adapter le programme de suivi au projet redimensionné.

Revenir à la navigation

Sommaire

Résumé

Liste des recommandations

Introduction

1. La connaissance du milieu est très inégale

1.1. Une histoire complexe, un objectif d’état écologique sans référence historique

1.2. L’étang de Berre, objet d’études nombreuses mais complexes à assembler
 1.2.1. Un suivi particulièrement développé
 1.2.2. L’état de la connaissance et de la compréhension des mécanismes dans l’étang de Berre : quel consensus scientifique et quelles inconnues ?
 1.2.3. Une modélisation hydraulique et physico-chimique de qualité
 1.2.4. Une modélisation globale de l’écosystème est encore hors d’atteinte
 1.2.5. L’étang de Berre semble toutefois se remettre lentement de son passé

1.3. L’étang de Bolmon
 1.3.1. Une lagune d’eau faiblement saumâtre
 1.3.2. Un bassin versant très urbanisé
 1.3.3. Le Bolmon, une lagune… épuratoire ?
 1.3.4. Un milieu naturel riche appartenant au réseau Natura 2000

1.4. Le canal du Rove

1.5. Une nouvelle synthèse des connaissances serait judicieuse, et pourrait déboucher sur un ajustement des objectifs de qualité des masses d’eau

2. Évaluation des effets du projet de pompage

2.1. L’expérimentation prévue : une dénomination ambiguë
 2.1.1. Une idée palliative à l’arrêt de Saint-Chamas
 2.1.2. Le programme de 2008
 2.1.3. La variante de 2017
 2.1.4. Un projet « expérimental » de réouverture ... oui … mais dans un cadre d’objectifs et d’hypothèses d’action non clarifié

2.2. Les effets potentiels du pompage sur les milieux n’ont pas été approfondis
 2.2.1. Les points d’attention soulignés par le Conseil scientifique du Gipreb
 2.2.2. Des réponses incomplètes et une absence de coordination entre scientifiques et parties prenantes

2.3. Les résultats des modélisations ne permettent pas d’espérer une amélioration significative de l’étang de Berre par apport d’eau salée
 2.3.1. L’apport d’eau salée par le tunnel du Rove réduit les apports par Caronte et l’exportation de nutriments reste assez modeste
 2.3.2. Les apports d’eau salée par le canal du Rove ne cassent pas la stratification
 2.3.3. Les apports d’O2 sont faibles au regard du besoin mis en évidence par la recherche

2.4. L’état du canal du Rove devrait s’améliorer quel que soit le débit

2.5. Les scénarios pour le Bolmon
 2.5.1. Une approche expérimentale dont les orientations n’étaient guère approfondies
 2.5.2. L’apport d’eau de mer au seul canal du Rove sans repompage impacte peu l’étang de Bolmon

2.6. Le pompage d’eau de mer à travers l’effondrement du tunnel du Rove a des effets limités

3. Une gouvernance de projet en déséquilibre

3.1. Le schéma de gouvernance prévu
 3.1.1. Le grand port maritime de Marseille/SAVN, maître d’ouvrage du chantier
 3.1.2. Les collectivités : quel rôle dans la gestion des ouvrages et le devenir du projet ?

3.2. Les difficultés de cette gouvernance aux responsabilités éclatées
 3.2.1. La séparation entre maîtrise d’ouvrage technique et portage politique du projet a favorisé les incompréhensions
 3.2.2. La désignation de la maîtrise d’ouvrage de l’exploitation n’a pas eu lieu

3.3. Si le projet doit être poursuivi, il vaut mieux partir sur des bases robustes

3.4. Le suivi des milieux peut être réduit puisque le repompage vers Bolmon est abandonné

 4. Pour reconquérir la qualité des écosystèmes lagunaires, quels leviers saisir ?


 4.1. Rouvrir le canal du Rove à la navigation

4.2. Réhabiliter l’étang de Bolmon, une ambition exigeante
 4.2.1. Réduire les apports du bassin versant
 4.2.2. Renforcer les échanges entre Bolmon, Berre et Rove et les orienter
 4.2.3. Forcer la circulation dans l’étang de Bolmon par apport d’eau venant de l’étang de Berre
 4.2.4. Intervenir sur les sédiments de l’étang du Bolmon

4.3. Quelles actions pour améliorer l’état de l’étang de Berre ?
 4.3.1. Agir sur les apports de nutriments à l’étang de Berre
 4.3.2. Affiner le pilotage des apports de Saint-Chamas
 4.3.3. Lutter contre la stratification de l’étang de Berre
 4.3.4. Accompagner les évolutions favorables du milieu

4.4. Revenir au choix d’une cible pour l’étang de Berre

 Conclusion

Annexes
 1. Lettre de mission
 2. Liste des personnes rencontrées
 3. Bibliographie sommaire
 4. Repères historiques
 5. Evolution des peuplements benthiques
 6. Forçage de l’alimentation en eau du Bolmon : calculs préliminaires
 7. Avis du Conseil scientifique du Gipreb sur le projet de réouverture expérimentale du canal du Rove
 8. Glossaire des sigles et acronymes

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 88 pages

Édité par : Ministère de la transition écologique et solidaire

Collection :

Revenir à la navigation