L'institution des courses : une organisation à réformer, une activité à réguler

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Cour des Comptes

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

L'institution des courses réunit cinq organismes principaux, dont la Société d'encouragement à l'élevage du cheval français et France Galop, qui organisent respectivement les courses de trot et de galop et gèrent les principaux hippodromes. Ces deux sociétés mères ont constitué le GIE Pari mutuel urbain (PMU) pour recueillir les paris et distribuer les gains. Les enjeux gérés sont considérables : le PMU a collecté 9,1 milliards d'euros en 2017, dont 7,9 milliards d'euros placés par les parieurs français, 793 millions d'euros par les parieurs professionnels internationaux et 354 millions d'euros par les autres parieurs internationaux, auxquels il faut ajouter 856 millions d'euros de paris sportifs et poker en ligne. L'institution des courses connaît depuis le début de la décennie 2010 une diminution sensible de ses ressources en raison de la concurrence croissante subie par le pari hippique sur le marché des jeux. Faute d'avoir mis en oeuvre les réformes nécessaires, l'institution est confrontée à une situation financière dégradée, malgré des soutiens accrus de l'Etat, observe la Cour. La pertinence du monopole dont elle bénéficie pour l'organisation des paris hippiques peut quant à elle être questionnée, selon la Cour.

Revenir à la navigation

Fiche technique

Pagination : 198 pages

Édité par : La Documentation française

Revenir à la navigation