Texte intégral

Le Premier ministre a présenté au Conseil des ministres une communication sur l'agglomération parisienne dont les déséquilibres affectent fortement les conditions de vie des habitants : pénurie de logements et forte augmentation des loyers, asphyxie des moyens de transport, exclusions sociales.
- Face à cette situation, le Gouvernement entend assumer toutes les responsabilités qui lui incombent. Dans le cadre et dans l'esprit des lois de décentralisation, il invite les collectivités locales à s'associer à ce "grand chantier", qui sera placé sous l'autorité directe et personnelle du Premier ministre.
- Trois objectifs guideront cette démarche : améliorer la vie quotidienne des habitants, amener la région parisienne à contribuer davantage à l'aménagement équilibré et solidaire du pays, affirmer la place de Paris comme première capitale européenne.

1. Un programme d'actions immédiates.
- La première mesure concerne les loyers : le décret, prévu par la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et qui sera publié dans les prochains jours, portera un coup d'arrêt à des hausses excessives.
- Le ministre chargé de l'équipement préparera pour la fin du mois de septembre un programme d'actions dans quatre domaines : le logement, la maîtrise des sols, les transports et la correction des déséquilibres géographiques entre lieux de résidence et lieux de travail.
- La construction de logements et d'abord de logements sociaux sera fortement accélérée, de même que le réaménagement des quartiers dégradés et la réhabilitation du patrimoine ancien.
- La constitution de réserves foncières et la création de zones d'aménagement différé destinées à contrecarrer la spéculation seront relancées. L'offre de terrains constructibles dans le centre de l'agglomération sera accrue, notamment par l'utilisation de terrains appartenant à l'Etat et aux entreprises et établissements publics. Le contrat de plan Etat-région comprend un important programme d'infrastructures de transport pour la période 1989-1993. Ce programme sera élargi grâce à des moyens de financement complémentaires extérieurs au budget de l'Etat et fera l'objet des mises au point nécessaires, notamment en ce qui concerne le choix entre les projets EOLE et METEOR de la SNCF et de la RATP pour remédier à la saturation de la ligne A du RER.
- Des mesures seront prises pour faire en sorte que les constructions de bureaux, qui tendent actuellement à se concentrer dans certains secteurs de l'ouest parisien, soient accompagnées des logements nécessaires correspondants.