Lutte contre l'évasion fiscale des entreprises : diagnostic et remèdes

Dans son rapport publié en septembre 2018, la mission d'information parlementaire sur l'évasion fiscale des grandes entreprises propose plusieurs mesures pour renforcer les pouvoirs de contrôle des administrations fiscales nationales.

3 minutes
La finance représentée par un cochon-tirelire
La finance (concept) - Wellnhofer Designs - stock.adobe.com

Les prélèvements obligatoires sur les entreprises représentaient en 2017 près de 19% du produit intérieur brut français et portaient sur un total de plus de 430 milliards d'euros (chiffres nets).

Un périmètre et un chiffrage de l'évasion fiscale incertains

Dans une partie préliminaire, la mission s'attache à clarifier les notions d'évasion et d'optimisation fiscales. L'évasion fiscale - non définie en droit français - se situe dans une zone "grise", entre la légalité et l'infraction pénale et engloberait ainsi "toutes les opérations qui, bien que légales, sont artificielles et sans substance" (économique).

Depuis un précédent rapport de la mission (2013), des avancées ont été réalisées avec les travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et les initiatives de l'Union européenne (UE). Si la France dispose, en 2018, d'un arsenal juridique et de moyens humains et techniques jugés performants, des marges de progression subsistent, notamment dans l'établissement du montant de l'évasion fiscale.

Le rapport ne propose pas d'évaluation chiffrée du montant de l'évasion fiscale. Il étudie certaines des estimations existantes et met en garde sur la fiabilité de certaines d'entre elles.

Vers l'établissement d'une meilleure justice fiscale

Parmi les propositions de la mission d'information figurent notamment :

  • la lutte contre la manipulation des prix de transfert (prix auxquels une entreprise transfère des biens corporels, des actifs incorporels, ou rend des services à des entreprises associées) ;
  • l'assouplissement de la notion de l'abus de droit, appliquée aux opérations à motivation fiscale principale et non plus exclusive ;
  • le renforcement de l'attractivité fiscale de la France par l'inclusion de nouveaux actifs, tels que les logiciels, dans le régime d'imposition à taux réduit de certains revenus de droits de propriété intellectuelle ;
  • la poursuite d'une diplomatie axée sur la fin de l'existence de paradis fiscaux au sein de l'UE, la taxe sur les services numériques et l'établissement d'une assiette commune consolidée pour l'impôt sur les sociétés ;
  • l'accompagnement des sanctions par un volet préventif axé sur la transparence (accès au registre des trusts et déclaration préalable des montages à risque) ;
  • l'accroissement des mobilités sortantes et entrantes de l'administration fiscale et la mise au point d'une méthode d'évaluation faisant consensus permettant un chiffrage annualisé des comportements d'évitement de l'impôt.