Salariés du secteur privé : un salaire moyen en hausse de 0,4% en 2018

Cadres, professions intermédiaires, ouvriers, employés... le salaire moyen dans le secteur privé s'élève à 2 369 euros par mois en 2018 selon l'INSEE. Avec un salarié sur deux qui gagne moins de 1 871 euros par mois. Et un écart salarial femmes-hommes se réduisant même si la rémunération des femmes est en moyenne inférieure de 16,9%.

Vendeur rechargeant son rayon fruits et légumes dans une supérette.
Dans le secteur privé, un salarié sur dix gagne moins de 1 282 euros tandis qu'un sur dix perçoit plus de 3 776 euros. © yurolaitsalbert - stock.adobe.com

En moyenne, un salarié du secteur privé en ETP (équivalent temps plein) touche 3 137 euros bruts soit, en net, 2 369 euros par mois.

L'étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) parue le 4 décembre 2020 s'intéresse aux montants des rémunérations dans le secteur privé pour l'année 2018.

L'INSEE rappelle d'ailleurs que certains salaires sont inférieurs au Salaire minimum de croissance (Smic) en raison de statuts le permettant mais aussi par l'existence d'erreurs dans les déclarations administratives entre les durées réelles de travail et la rémunération.

Un salaire moyen net en augmentation

En 2018, la hausse enregistrée est de 0,4%. Elle est inférieure à la moyenne de 2017 (+0,9%) et à celle des 20 dernières années (+0,6%). Cette progression trouve comme principales réponses la suppression de certaines cotisations sociales.

Par rapport à 2017, le salaire net moyen a :

  • continué d'augmenter pour les ouvriers (+0,3% après +0,5% en 2017) ; 
  • ralenti pour les employés (+0,1% après +0,6%) ;
  • diminué pour les professions intermédiaires (-0,3% après +1%) et pour les cadres (-0,2% après +0,1%).

 

Le salaire horaire net moyen s'établit à 15,3 euros pour l'ensemble des salariés du secteur privé, ce qui correspond à une hausse de 0,5% en euros constants par rapport à 2017. Celui des femmes est inférieur à celui des hommes avec 13,8 euros contre 16,4 euros. Pour les cadres, il s'élève à 27,5 euros contre 15,2 euros pour les professions intermédiaires, 11,4 euros pour les ouvriers et 10,9 euros pour les employés.

Les salariés dit "en place" (à temps plein ou en contrat à durée indéterminée du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018) représentent 52,7% du volume de travail en ETP. Ils connaissent aussi une augmentation de leur salaire moyen plus forte de 2,5%. Cette hausse s'explique par les gains liés à l'ancienneté et aux progressions de carrière.

Un salarié sur deux perçoit un salaire inférieur à 1 871 euros

La moitié des salariés du secteur privé perçoivent moins de 1 871 euros nets par mois en ETP. Près de huit salariés sur dix ont un salaire net compris entre le Smic (1 177 euros, net de contributions et de cotisations sociales) et 3 000 euros par mois. Un salarié sur dix gagne moins de 1 282 euros, tandis qu'un sur dix perçoit plus de 3 776 euros.

Le salaire net moyen évolue aussi différemment selon la catégorie socioprofessionnelle. Il est plus élevé dans les secteurs où les cadres sont surreprésentés comme les services financiers (3 578 euros euros) ou l'information-communication (3 405 euros). À l'inverse, dans le secteur de l'hébergement-restauration où les employés sont plus nombreux, il est inférieur à la moyenne du secteur privé (1 698 euros).

Les salaires des femmes

L'écart salarial entre femmes et hommes s'est réduit de 0,3%, notamment avec l'augmentation de la proportion des femmes parmi les cadres. Toutefois, les disparités salariales restent importantes, les femmes gagnant en moyenne 16,9% de moins que les hommes en ETP. Les différences de salaires sont en effet plus marquées au sein des plus hautes rémunérations en particulier parce que les femmes sont sous-représentées.