Covid-19 : les répercussions économiques du deuxième confinement

Entre le 29 octobre et le 15 décembre 2020, les mesures de confinement ont eu un impact sur l’économie française. Les entreprises ont vu leur activité réduite, voire mise à l’arrêt pour certaines. Ces répercussions sont étudiées dans un rapport afin d'évaluer le dispositif d’aide aux entreprises mis en place par l’État.

Covid, conséquences économiques. Tapis roulants à l'arrêt dans une usine fermée.
Les rapporteurs constatent que le nombre de salariés inscrits dans le dispositif de chômage partiel a baissé significativement (3 millions contre 9 millions lors du premier confinement). © sveta - stock.adobe.com

À la demande de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, un groupe de travail a été constitué de manière à suivre hebdomadairement et par secteur les répercussions économiques du deuxième confinement. Le rapport sur le suivi de ces conséquences économiques, remis le 4 février 2021, explore différentes pistes d’amélioration pour le dispositif d’accompagnement mis en place par l’État. 

Un confinement aux impacts moins étendus

Selon les travaux des parlementaires, lors de ce deuxième confinement, le dispositif d’accompagnement économique déployé par l’État a permis de mieux contenir les répercussions économiques que lors du premier épisode. 

Ainsi, la baisse d’activité n’a représenté que -11,6% de PIB en novembre, contre -31% en avril selon l’Insee. Cela est dû notamment à des mesures moins drastiques lors du deuxième confinement comme la réouverture des commerces non-essentiels deux semaines avant la levée du confinement. 

Les rapporteurs constatent que le nombre de salariés inscrits dans le dispositif de chômage partiel a baissé significativement (3 millions contre 9 millions lors du premier confinement). L’Insee relève que l’investissement a poursuivi sa reprise entre le troisième et le quatrième trimestre (+2,4%), déjà entamée au trimestre précédent (+24%).

Malgré ces chiffres encourageants, la récession que connaît la France en 2020 reste à un niveau historique. Un recul de -8,3% du PIB a été enregistré sur l’année 2020. Le déficit budgétaire français a atteint le niveau record de 178 milliards d’euros, au lieu des 93 milliards prévus dans la loi de finances initiale. 

Selon le rapport, c’est un soutien toujours plus massif de l’État qui a permis d’éviter un effondrement de l’économie française. En dépit des réussites du dispositif d’accompagnement nationalement déployé, l'état de santé des entreprises varie selon les situations et les secteurs économiques. 

Les secteurs les plus touchés

Au niveau national, les marqueurs macro-économiques indiquent une meilleure gestion des difficultés engendrées par la crise lors du deuxième confinement. Mais ce constat ne s’applique pas à tous les secteurs d’activité qui ont été diversement impactés par les mesures gouvernementales.

Parmi les secteurs en plus grande difficulté le rapport cite l’industrie du transport ou encore les entreprises du tourisme. Même constat pour les entreprises du secteur de l'hôtellerie-café-restauration, dont l’activité a été interrompue une première fois en mars puis en octobre.