Plan "Semences et plants pour une agriculture durable" : État des lieux des compétences de la recherche, de ses besoins, et de l'offre de formation initiale et continue

Auteur(s) moral(aux) : Conseil général de l'Alimentation, de l'Agriculture et des Espaces ruraux

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Les semences végétales sont un enjeu stratégique : la France en est le premier producteur européen et le second exportateur mondial. Pour défendre et développer ce secteur, le ministère de l'agriculture a conçu dès 2011 un premier plan "Semences pour une agriculture durable". Il faisait partie d'une stratégie plus large visant à faciliter l'innovation dans l'amélioration variétale et la qualité des semences. Après évaluation en 2015, le plan "Semences pour une agriculture durable" a été actualisé en 2016. Il prévoit notamment de réaliser l'état des lieux des compétences des appareils de recherche et de formation du secteur, qui fait l'objet du présent rapport du CGAAER.

Revenir à la navigation

Sommaire

RÉSUMÉ
LISTE CHRONOLOGIQUE DES RECOMMANDATIONS


1. LA RECHERCHE

1.1. LES COMPÉTENCES DE L'APPAREIL DE RECHERCHE
1.1.1. Organisation de la recherche fondamentale sur les semences
1.1.2. Le Programme d'investissements d’avenir 1 : quel devenir pour cette ambition ?
1.1.2.1. Esquisse de bilan avant la fin des programmes
1.1.2.2. Des perspectives post-PIA1 incertaines

1.1.3. Les pôles de compétitivité, acteurs majeurs pour l'innovation à travers une recherche plus appliquée

1.2. LES COMPÉTITEURS À L'INTERNATIONAL : PAS DE VUE D'ENSEMBLE, PEU D'ALLANT DES MAJORS POUR COOPÉRER

1.3. LES PISTES DE TRAVAIL POUR LA RECHERCHE
1.3.1. Orienter la recherche vers une diversification des cultures
1.3.1.1. Les enjeux de la diversification
1.3.1.2. Des pistes de recherche pour la diversification
1.3.1.3. Pour une meilleure évaluation des mélanges

1.3.2. Développer le phénotypage sur semences et plantules
1.3.2.1. Le phénotypage en réponse aux limites du génotypage pour l'évaluation du végétal
1.3.2.2. Le retard de développement du phénotypage des semences
1.2.2.3. Les espoirs du phénotypage haut débit sur semences et plantules
1.3.2.4. Pistes de recherche en phénotypage des semences

1.3.3. L'amélioration de la qualité sur les semences sèches et plants
1.3.3.1. Sur semences sèches
1.3.3.2. Le cas particulier des plants

1.3.4. L'approfondissement des connaissances sur les stress biotiques
1.3.5. Pour une meilleure exploitation des ressources phytogénétiques (RPG)
1.3.5.1. Problématiques liées aux RPG
1.3.5.2. Le cas particulier de l'outre-mer
1.3.5.3 L'enjeu de la conservation des collections
1.3.5.4. La question des semences paysannes et de la sélection participative

1.3.6. L'exploration de la biodiversité du microbiote du sol : un front de recherche essentiel
1.3.7. Génétique : métagénomique de la semence, génétique quantitative, épigénétique, édition de génome
1.3.7.1. La génétique demeure essentielle
1.3.7.2. L'édition de génome et la controverse des nouvelles biotechnologies – New Breeding Techniques

1.3.8. La prise en considération de l'enjeu des données


2. LA FORMATION

2.1. RESTAURER L’ATTRACTIVITÉ DU VÉGÉTAL ET DES SEMENCES DANS LA FORMATION INITIALE
2.1.1. L'enseignement technique agricole : redonner de la visibilité aux enjeux du végétal, et en particulier aux semences
2.1.2. L'enseignement supérieur agronomique : renforcer la réponse à la moindre attractivité du végétal
2.1.2.1. Les grandes écoles d'ingénieurs en agronomie s'adaptent à l'érosion de l'attractivité des cursus « Amélioration des plantes »
2.1.2.2. Une offre universitaire riche mais dispersée

2.2. LES COMPÉTENCES QUANTITATIVES ET DANS LE NUMÉRIQUE : NOUVEAUX DÉTERMINANTS DU SECTEUR ET MOTEURS POTENTIELS D'UNE ATTRACTIVITÉ RETROUVÉE
2.2.1. Des compétences quantitatives de plus en plus recherchées
2.2.2. L'enjeu critique des compétences numériques

2.3. DES FORMATIONS EXPOSÉES A UNE FORTE CONCURRENCE
2.3.1. Les grandes écoles d'ingénieur : une position relative et disputée à l'international, mais un fort potentiel à développer
2.3.2. La concurrence entre employeurs sur les compétences : une vigilance nécessaire
2.3.3. Le pari de la professionnalisation ?

2.4. LA FORMATION CONTINUE : DES BESOINS RÉELS, DES POSITIONS À PRENDRE
2.4.1. Une situation nationale qui doit évoluer
2.4.2. Une place à conquérir par la France dans l'offre internationale de formation continue


CONCLUSION
ANNEXES

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 85 pages

Édité par : Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

Collection :

Revenir à la navigation