La rénovation du deuxième cycle "arts appliqués et métiers d'art"

Auteur(s) moral(aux) : Inspection générale de l'Éducation, du Sport et de la Recherche

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Ce rapport dresse un état précis de la filière design et métiers d’art post-baccalauréat des ministères en charge de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur. Il objective les forces et les faiblesses du diplôme supérieur d’arts appliqués (DSAA) afin d’envisager son évolution vers un diplôme conférant le grade de master.
De l’étude ciblée sur le diplôme supérieur d’arts appliqués (DSAA) est apparue une donnée jusqu’alors insuffisamment identifiée. Les éléments chiffrés démontrent une répartition inattendue des étudiants qui se dirigent vers les diplômes publics de la création appliquée dès Parcoursup : ils se répartissent en premier cycle pour 13% vers le diplôme national art du ministère de la culture et 87% vers le diplôme national métiers d’art et design rattaché au ministère en charge de l'enseignement supérieur et opéré en établissement public local d'enseignement (EPLE) sous la responsabilité du ministère en charge de l'éducation nationale. Dans ce contexte singulier se pose la question des politiques territoriales de site à partir d’une réelle mise en réseau des acteurs et des établissements, mais également celle du soutien à une professionnalisation cohérente vis-à-vis du tissu économique, et enfin se pose la question du besoin d’une meilleure visibilité à l’international, préalable à une plus grande mobilité des étudiants.
En regard de l’ensemble de ces enjeux, le deuxième cycle de la filière design et métiers d’art peut logiquement s’inscrire dans le paysage européen en se déployant de manière exigeante et structurante. Cette évolution aura pour effet d’interagir de manière positive sur l’offre portée par le ministère de la culture, mais aussi sur celle du privé qui ne cesse de croître, et cela au bénéfice des étudiants et de la diversité sociale. L’enjeu de la recherche dans ces nombreux domaines innovants et prometteurs du design et des métiers d’art doit s’accompagner d’un positionnement plus visible des parcours de formation pour être mieux identifiés en Europe et à l’international, dans le souci de mettre en cohérence les cursus de formation et le rayonnement de l’économie créative française.

Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse
Liste des préconisations
Introduction

1. L’état de l’art du DSAA de 1983 à 2022

1.1. Un contexte historique et innovant au MENJS
1.1.1. Le DSAA créé pour les écoles supérieures d’arts appliqués s'est déployé depuis vingt ans sur l’ensemble du territoire
1.1.2. Le DSAA est inscrit dans le second cycle de l’enseignement supérieur depuis 2002, puis reconnu au niveau 7 en 2012

1.2. Un positionnement vers la recherche engagée depuis 2012
1.2.1. Une cartographie des territoires stabilisée (implantation, nombre de parcours, nombre d’étudiants)
1.2.2. La réingénierie a intégré un mémoire de recherche pour répondre aux exigences d’un 2e cycle
1.2.3. Une forte pression à l’entrée du DSAA
1.2.4. L’expérimentation qualitative de l’alternance en DSAA
1.2.5. Des parcours DSAA prolongés par défaut par une deuxième année de master

1.3. Une professionnalisation réussie et un excellent taux d’insertion
1.3.1. Cartographie de l’insertion professionnelle des DSAA
1.3.2. Un trop fort tropisme pour le design à élargir aux métiers d’art
1.3.3. Une mobilité étudiante contrastée

1.4. Le DNMADE et son articulation avec le deuxième cycle
1.4.1. Une offre de formation nationale stabilisée
1.4.2. Un diplôme avec une identité bicéphale design et métiers d’art
1.4.3. Une ingénierie qui intègre les critères de l’enseignement supérieur
1.4.4. Le lien avec les universités présent mais à consolider

2. L’offre de formation dans les secteurs de la création appliquée en France nécessite de stabiliser la politique publique pour une meilleure lisibilité globale

2.1. Des parcours de formation en design complémentaires et harmonisés grâce à l’adossement recherche et au grade
2.1.1. L’offre du réseau des écoles du ministère de la Culture
2.1.2. Une offre publique limitée qui laisse une trop large place aux établissements privés hors contrat
2.1.3. Le grade (licence-master) donne de la lisibilité à l’offre de formation en création appliquée en France mais aussi à l’international
2.1.4. Le positionnement complexe de la recherche en création en France

2.2. Inscrire le DSAA dans l’espace européen par une reconnaissance du grade master
2.2.1. Le DSAA un diplôme du cycle 2 qui répond pour l’essentiel aux critères du grade de master
2.2.2. Analyse croisée du DSAA du grade de master et les conditions de son attribution
2.2.3. Une comparaison objectivée des évaluations du HCÉRES du grade de master des mêmes domaines

2.3. Un grade de master pour le DSAA pour favoriser la diversité des publics
2.3.1. Soutenir une politique territoriale de site grâce au grade et la recherche en création appliquée (design – métiers d’art – mode et métiers connexes)
2.3.2. Les possibilités d’un portage innovant du DSAA valant grade master par le terrain grâce au réseau territorial universités / France universités
2.3.3. Deux typologies envisagées avec leurs contraintes et leurs avantages
2.3.4. Une proposition réaliste et innovante du grade master pour le DSAA avec modalités d’accréditation, d’évaluation et d’évolution de la RH
2.3.5. Mise en conformité du décret et de l’arrêté du DSAA pour une articulation avec le DNMADE et actualisation des fiches RNCP

Conclusion
Annexes

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 48 pages

Édité par : Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports

Collection :

Revenir à la navigation