Interviews de MM. Jacques Barrot, ministre du travail et des affaires sociales, Marc Blondel (FO), Louis viannet (CGT), Georges Jollès (CNPF) et de Mme Nicole Notat (CFDT), à France 3 le 15 novembre 1995, sur le plan Juppé de réforme de la Sécurité sociale concernant l'assurance-maladie.

Intervenant(s) :

Circonstance : Présentation par Alain Juppé du plan de sauvetage de la Sécurité sociale à l'Assemblée nationale le 15 novembre 1995

Mots-clés :

Prononcé le

Résumé

Le plan de réforme de la Sécurité sociale dans son volet sur l'assurance-maladie. La présentation gouvernementale par M. Barrot des principaux points de changement (p.3 à 12 et P. 88 à 92) : l'assurance-maladie universelle-le carnet médical et le rôle du médecin généraliste (pas de modification des remboursements)-le financement du déficit par le RDS (remboursement de la dette sociale) ajouté à la CSG-l'objectif de maîtrise comptable sous la responsabilité du Parlement, les objectifs de maîtrise médicalisée fixés par convention avec les médecins-la réforme hospitalière (élection du président du conseil d'administration, développement de réseaux d'hôpitaux complémentaires, gestion régionale des caisses au moyen d'un nouvel indicateur d'évolution des dépenses). Mise en oeuvre par loi et ordonnances après débat et concertation.<br>- Les positions syndicales<br>- 1) opposées à la réforme, MM. Blondel pour FO (p.66 à 69 et p. 79 à 80) et Viannet pour la CGT (p. 71 à 73 et p.87), contre l'encadrement des dépenses de santé par le Parlement ("opération de rapt", étatisation) contre la fiscalisation et l'extension inéquitable des prélévements aux retraités et aux chômeurs par rapport à la part minime du capital, et contre la réaffectation sur l'assurance-maladie des dépenses et charges indues de la Sécurité sociale (50 milliards de francs) du fait du chômage -<br>- 2) en faveur de la réforme, Mme Notat pour la CFDT (p.69 à 71, p. 87 à 88), rappelant les revendications de la CFDT (financement élargi à la valeur ajoutée des entreprises, CSG déductible de l'impôt, maîtrise des dépenses de santé-recommandation de "vigilance et détermination" sur les modalités d'application, renoncer aux combats "d'arrière-garde").<br>- Les positions patronales, M. Jollès pour le CNPF (p.74 à 76) en faveur de la réforme pour "désoviétiser" l'assurance-maladie-mise en garde sur le danger de taxer les capitaux.- 96 PAGES