Coronavirus : le suivi de son impact sur le marché du travail

Avec les mesures de confinement, de nombreuses entreprises ont dû suspendre leur activité et elles ont recours au chômage partiel pour leurs salariés. Pendant la crise sanitaire, la Dares propose un suivi hebdomadaire de la situation du marché du travail.

2 minutes
© PicsArt - stock.adobe.com

La Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) publie un suivi hebdomadaire de la situation du marché du travail en France durant la crise du coronavirus. Le dernier bilan a été publié le 12 mai.

Depuis le 1er mars 2020, 1 283 000 demandes de chômage partiel ont été déposées par 1,015 million d'entreprises. Ce dispositif leur permet de réduire ou de suspendre leur activité tout en assurant aux salariés une indemnisation au moins égale à 84% de leur salaire net versée par l’État et l'Unédic. 12,4 millions de salariés bénéficient à ce jour du chômage partiel, soit 300 000 de plus en une semaine.

Les petites entreprises plus concernées par le chômage partiel

Parmi ces salariés, une large part (47%) travaille dans des entreprises de moins de 50 personnes et 33% dans des entreprises de plus de 250 personnes.

Les secteurs les plus touchés sont ceux des activités de services spécialisés, scientifiques et techniques (20,1%), du commerce (16,1%), de la construction (11,4%) et de l'hébergement et de la restauration (8,9%). 

 

Les demandes d'emploi

Le nombre de demandes d'inscription à Pôle emploi de la part de salariés au chômage augmente. Entre le 8 mars et le 2 mai, plus de 680 000 demandes ont été déposées. Entre le 26 avril et le 2 mai, 68 700 nouvelles demandes ont été déposées.

En mars 2020, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A en France (hors Mayotte) enregistre sa plus forte hausse depuis le début de la série en 1996 (+246 100, soit +7,1%), pour s’établir à 3 732 500.