Ouverture des frontières de l'UE : la liste actualisée des pays autorisés

En novembre 2021, la liste des pays dont les voyageurs sont autorisés à entrer dans l'Union européenne (UE) a été actualisée. Par ailleurs, avec l'apparition d'un nouveau variant du Covid-19, le variant Omicron, des restrictions temporaires s'appliquent désormais pour tous les voyages en provenance de sept pays d'Afrique australe.

Femme, sur tapis roulant dans un aéroport, équipée de gants et masques de protection.
La levée des restrictions s'est fondée sur la situation épidémiologique de chaque pays. © Юрий Красильников - stock.adobe.com

Dans le cadre de la pandémie du Covid-19, les pays de l'Union européenne (UE) et les pays hors UE associés à l'espace Schengen (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse) se sont accordés sur la levée des restrictions des voyages non essentiels à destination de l'UE et de l'espace Schengen.

Toutefois, avec l'émergence du variant Omicron en Afrique australe, l'UE a décidé de restreindre temporairement les voyages en provenance des pays de cette zone du monde.

Une liste évolutive de pays

Le 26 novembre 2021, l'UE a ainsi décidé d'imposer des restrictions temporaires d'urgence pour tous les voyages en provenance de sept pays d'Afrique australe :

  • Afrique du Sud ;
  • Botswana ;
  • Eswatini ;
  • Lesotho ;
  • Mozambique ;
  • Namibie ;
  • Zimbabwe.

Néanmoins, le 18 novembre 2021, l'UE avait recommandé aux États membres l'ouverture des frontières et la levée des restrictions de voyages considérés comme non essentiels pour les pays suivants :

  • Arabie saoudite ;
  • Argentine ;
  • Australie ;
  • Bahreïn ;
  • Canada ;
  • Chili ;
  • Chine (sous réserve de confirmation de la réciprocité) ;
  • Colombie ;
  • Corée du Sud ;
  • Émirats arabes unis ;
  • Indonésie ;
  • Jordanie ;
  • Koweït ;
  • Nouvelle-Zélande ;
  • Qatar ;
  • Pérou ;
  • Rwanda ;
  • Uruguay.

Les restrictions aux déplacements devraient également être progressivement levées pour les régions administratives spéciales de Hong Kong et Macao et pour le territoire de Taïwan.

Les résidents d'Andorre, de Monaco, de Saint-Marin et du Vatican sont considérés comme des résidents de l'UE aux fins de cette recommandation.

Le Conseil de l'UE rappelle que sa recommandation n'est pas juridiquement contraignante, et que les États membres peuvent lever les restrictions temporaires en matière de déplacements non essentiels vers l'UE pour les voyageurs entièrement vaccinés.

Pour rappel, la Commission avait recommandé en mars 2020 une restriction temporaire de tous les déplacements non essentiels effectués au départ de pays tiers à destination de l'UE. Les déplacements avaient alors été temporairement suspendus.

Le 30 juin 2020, le Conseil avait ensuite adopté une recommandation concernant la levée progressive des restrictions, pour une première liste de pays. Le 13 octobre 2020, le Conseil avait également adopté une recommandation établissant des critères communs et un cadre commun à la circulation des personnes à l'intérieur de l'UE en réaction à la pandémie de Covid-19.

Une levée des restrictions sous conditions

Nouvelles recommandations de la Commission européenne

Le 25 novembre 2021, la Commission européenne a proposé de nouvelles règles concernant les voyages non essentiels vers l'UE : la priorité sera donnée aux personnes vaccinées. Seront désormais acceptés les vaccins homologués au titre de la procédure d'inscription sur la liste d'utilisation d'urgence de l'OMS, et non plus seulement les vaccins approuvés par l'UE (comme c'est le cas aujourd'hui). En outre, la durée maximale d'acceptation des certificats de vaccination sera de neuf mois à l'issue du schéma de primovaccination.

Ces critères permettant de déterminer les pays tiers pour lesquels les restrictions actuelles de déplacement sont levées avaient été déjà mis à jour le 20 mai 2021. Ces critères se fondaient sur plusieurs éléments en lien avec la situation spécifique à chaque pays :

  • le nombre de nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours (pas plus de 75) ;

  • une tendance stable ou en baisse du nombre de nouveaux cas ;

  • le nombre de tests effectués ;

  • un taux de positivité inférieur à 4% parmi tous les tests effectués ;

  • la détection dans un pays de variants préoccupants du virus ou à suivre ;

  • les progrès réalisés dans la vaccination de la population ;

  • la riposte globale au Covid-19 dans le pays ;

  • la fiabilité des informations et des données ;

  • la prise en compte, au cas par cas, de la réciprocité des mesures.

En ce moment