Transports, énergie, télécommunications : quelle interconnexion des réseaux européens ?

Le 11 mars 2021, le Parlement européen et le Conseil sont parvenus à un accord provisoire concernant l’édition 2021-2027 du mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE). Ce dispositif a pour vocation de soutenir des projets jugés d’intérêt général dans les secteurs du transport, des télécommunications et de l’énergie dans l'UE.

Temps de lecture  3 minutes

Autoroute A8 et ligne TGV dans le sud-est de la France.
Ce dispositif est consacré notamment à des projets d’infrastructures dans les transports et à l’achèvement de projets d’interconnexions ferroviaires. © EA Photography - stock.adobe.com

L’accord entre le Parlement européen et le Conseil européen fixe le cadre général de l’utilisation du mécanisme de l’interconnexion en Europe. Il s’inscrit dans la stratégie de l’Union européenne (UE) en matière de réseau transeuropéen de transport (RTE-T) pour un réseau global à l’horizon 2030. L’objectif est de renforcer l'interconnexion des systèmes de transports entre les pays membres en garantissant des normes communes de sécurité, de sûreté et de qualité.

30 milliards d'euros

Les fonds dédiés à ce mécanisme européen sont attribués sous la forme de prêts et de garanties de prêts. La dotation du MIE pour la période 2021-2027 initialement prévue a été revue à la baisse depuis la crise sanitaire du Covid-19. L’approvisionnement est estimé à 30 milliards d’euros, dont 10 milliards sont issus du Fonds de cohésion.

Ces subventions sont majoritairement consacrées à des projets d’infrastructures dans les transports et, pour 1,4 milliard d'euros, à l’achèvement de projets d’interconnexions ferroviaires frontaliers comme Rail Baltica entre la Pologne, les pays Baltes et la Finlande.

Par ailleurs, une dotation de 2 milliards est prévue pour l’aide à la numérisation dans les réseaux énergétiques et de transport (réseaux haute capacité, systèmes 5G). Ce programme prévoit aussi 5,8 milliards pour une meilleure interopérabilité des réseaux d’énergie tout en favorisant les énergies renouvelables.

Ce programme de financement est néanmoins maintenant dans l’attente d’une approbation du Comité des représentants permanents du Conseil et des commissions des transports et de l’industrie du Parlement européen. Il devra ensuite l’être aussi par le Conseil et le Parlement européen en séance plénière.

Conformité aux critères environnementaux

Cette deuxième édition du MIE pour la période 2021-2027 (MIE II) intègre des critères environnementaux issus du Pacte vert européen, feuille de route de l'UE pour une économie durable. Le dispositif de soutien européen s’étend aux plateformes logistiques multimodales et aux travaux d’infrastructure pour une digitalisation des secteurs des transports et de l'énergie (réseaux haute capacité et systèmes 5G).

Les deux piliers des échanges commerciaux sont concernés :

  • le transport maritime (60% du commerce intra-européen) ;
  • et le transport terrestre, avec un objectif d’uniformisation des systèmes de contrôle, de signalisation, de vitesse et de communication mobile (ERTMS) du trafic ferroviaire européen.

Ces deux axes d'échanges s'articulent, au sein de l'UE, autour de neuf couloirs principaux de transports :

  • Atlantique ;
  • Baltique - Adriatique ;
  • Méditerranéen ;
  • Mer du nord - Baltique ;
  • Mer du nord -  Méditerranée ;
  • Orient - Méditerranée Est ;
  • Rhin - Alpes ;
  • Rhin - Danube ;
  • Scandinavie - Méditerranée.