UE : 66,8 milliards d'euros d'aide publique au développement en 2020

L’aide publique au développement (APD) consentie par l’Union européenne (UE) et ses 27 États membres s'établit à 66,8 milliards d'euros en 2020. Selon les chiffres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il s'agit d'une hausse de 15%.

UE : Aide publique au développement. Photomontage d'un globe terrestre posé sur des billets de banque.
L'Union européenne et ses États membres sont les premiers donateurs mondiaux en terme d'aide publique au développement. © micmacpics - stock.adobe.com

En réaction à la pandémie de Covid-19, l'UE, les États membres et les institutions financières européennes, conjointement avec la Banque européenne d'investissement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, ont mis en commun leurs ressources financières.

L'aide publique au développement (APD) accordée par l'UE aux pays partenaires a ainsi été portée à 66,8 milliards d'euros en 2020 selon le communiqué du 13 avril 2021 de la Commission européenne sur l'aide au développement.

Pour sa part, le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE a publié, le 13 avril 2021, les données préliminaires de l’aide publique au développement mondiale pour l’année 2020. Avec une APD à 12,4 milliards d’euros, soit 0,53% du revenu national brut (RNB), en hausse de 10,9% en termes réels par rapport à l’an dernier, la France conserve son cinquième rang parmi les bailleurs d’aide internationale.

L'UE et les 27 États membres, premier donateur mondial

L'Union et ses 27 États membres ont augmenté l'APD accordée aux pays partenaires : elle est passée à 66,8 milliards d'euros en 2020 selon les chiffres publiés par l'OCDE le 13 avril 2021. Il s'agit d'une progression correspondant à 0,50% du revenu national brut (RNB) agrégé, contre 0,41% en 2019.

Les pays de l'UE se sont rapprochés de l'engagement pris en 2015 de consacrer au moins 0,70% du RNB agrégé à l'APD d'ici à 2030.

Depuis 2015, en termes de flux, l'APD de l'UE et des 27 États membres actuels a progressé de 37% (soit 18,7 milliards d'euros) en termes nominaux tandis que le ratio APD/RNB a augmenté de 0,1 point de pourcentage.

En 2020, quatre États membres ont dépassé l'objectif européen de consacrer 0,70% de leur RNB à l'APD :

  • la Suède (1,14%) ;
  • le Luxembourg (1,02%) ;
  • le Danemark (0,73%) ;
  • l'Allemagne (0,73%).

En 2020, au total 17 États membres ont augmenté leur APD en termes nominaux par rapport à 2019. Les plus fortes hausses nominales ont été enregistrées par l'Allemagne (+3 310 millions d'euros), la France (+1 499 millions d'euros) et la Suède (+ 921 millions d'euros).

En 2020, l'APD des institutions de l'UE a globalement progressé de 3,7 milliards d'euros (27%) en termes nominaux.

L'UE et les États membres obtiennent des résultats supérieurs à la moyenne des donateurs du CAD extérieurs à l'UE, la part du RNB qu'ils ont dédié à l'APD se situant à 0,50% contre 0,26% pour la valeur agrégée de l'ensemble des donateurs du CAD extérieurs à l'UE.

Quelle contribution pour la France ?

La hausse de l'APD de la France est portée par l’aide bilatérale (+20,8% par rapport à 2019 en euros courants). L’Afrique subsaharienne, au cœur de la politique de développement française, est destinataire d’un tiers des montants consacrés, soit 2,9 milliards d’euros, en hausse de 40% par rapport à 2019. L’APD bilatérale allouée par la France aux pays les moins avancés (PMA) s’établit à 1,7 milliard d’euros.

La France a versé 1,9 milliard d’euros à la lutte contre la pandémie de Covid-19 dans les pays en développement en 2020 (ce qui représente une aide supérieure à celle des autres bailleurs européens).

Enfin, l’APD de la France en faveur des organisations internationales et des fonds multilatéraux s’élève à 4,4 milliards d'euros (+2,8%).