Représentativité syndicale dans le secteur privé : la CFDT devant la CGT

Les résultats de la mesure de l'audience des organisations syndicales ont été présentés aux partenaires sociaux réunis dans le cadre du Haut Conseil du dialogue social (HCDS) le 26 mai 2021. Ces résultats confirment la première place occupée par la CFDT dans le secteur privé devant la CGT, FO, la CFE-CGC et la CFTC.

Homme avec un mégaphone dans une manifestation.
Outre le critère de leur audience, les organisations syndicales doivent satisfaire à plusieurs autres critères notamment le respect des valeurs républicaines, l'indépendance ou encore les effectifs d’adhérents. © Juan Aunión - stock.adobe.com

Pour la troisième fois depuis la réforme de la représentativité syndicale en 2008, la mesure de l’audience des organisations syndicales - établie tous les quatre ans - conditionne leur représentativité (au moins 8% des suffrages exprimés) ainsi que leur capacité à signer des accords collectifs.

Outre le critère de leur audience, les organisations syndicales doivent satisfaire à plusieurs autres critères pour pouvoir être représentatives : le respect des valeurs républicaines, l'indépendance, la transparence financière, une ancienneté de deux ans dans le champ professionnel et géographique couvrant le niveau de négociation, l'influence des organisations, les effectifs d’adhérents et les cotisations.

Audience et représentativité syndicale en 2021

Parmi les organisations syndicales ayant obtenu une audience supérieure ou égale à 8% au niveau national et interprofessionnel, les résultats du calcul de l'audience syndicale en 2021 placent la CFDT comme le premier syndicat du secteur privé.

Ainsi, au niveau national et interprofessionnel, cinq organisations recueillent au moins 8% des suffrages exprimés :

  • la CFDT (26,77% des suffrages) ;
  • la CGT (22,96%) ;
  • FO (15,24%) ;
  • la CFE-CGC (11,92%) ;
  • la CFTC (9,50%).

Mesures d'audience pour le cycle 2017-2020

La mesure de l’audience des syndicats résulte d’un processus continu de concertation avec les partenaires sociaux membres du Haut Conseil du dialogue social (HCDS) qui garantit sa transparence.

Entre 2017 et 2020, 5 398 796 salariés ont voté lors de différents scrutins. Ce volume est constant par rapport à 2017, alors que, depuis, les différentes instances de représentation du personnel ont été fusionnées au sein d’une instance unique de dialogue social, le Comité social et économique (CSE).

Le Comité social et économique

Le Comité social et économique (CSE) est l'instance de représentation du personnel dans l'entreprise. Le CSE doit être mis en place dans toutes les entreprises de plus de 11 salariés. Les membres du CSE sont élus par les salariés de l'entreprise pour une durée maximale de quatre ans. Ses compétences, sa composition et son fonctionnement varient selon la taille de l'entreprise.

La mesure de l'audience résulte du regroupement des scores enregistrés par les organisations syndicales sur le cycle 2017-2021 lors :

  • des élections professionnelles (Comité social et économique) organisées dans les entreprises d’au moins 11 salariés entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2020 ;
  • de l’élection syndicale organisée auprès des salariés des entreprises de moins de 11 salariés et des employés à domicile, qui s’est tenue du 22 mars au 6 avril 2021 ;
  • des élections aux chambres départementales d’agriculture, pour les salariés de la production agricole, qui se sont déroulées en janvier 2019.

Le HCDS doit ensuite rendre un avis sur la liste des organisations syndicales représentatives au niveau national et interprofessionnel en juillet 2021, puis au niveau des différentes branches au second semestre de l'année. Pour terminer, celles-ci feront l’objet d’arrêtés de représentativité du ministère du travail.

mots-clés :