Passe sanitaire : 4 000 décès évités selon le Conseil d'analyse économique

Le passe sanitaire a été instauré en juin 2021 dans plusieurs pays d'Europe, dont la France, en réponse à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Mais quels ont été en France les effets de ce dispositif sur la santé des personnes et l'économie du pays ?

Individu présentant son passe sanitaire sur téléphone.
L'impact plus fort du passe en France peut s'expliquer par des restrictions d'activités sans passe moins fortes et une communication moins claire en Allemagne et en Italie. © franz massard - stock.adobe.com

Le Conseil d'analyse économique (CAE) a publié, le 18 janvier 2022, un rapport sur l'impact des passes sanitaires sur le taux de vaccination, la santé et l'économie. Le rapport examine les situations en France, en Allemagne, en Italie et les compare. Dans chaque cas, est modélisé également la situation de chaque pays si le passe n'avait pas été instauré.

La vocation du passe sanitaire, mis en place dès juin 2021, a été dans un premier temps de contrôler les voyages entre pays européens. Plusieurs États membres l'ont par la suite étendu à de nombreuses activités sociales afin d'endiguer les conséquences de l'épidémie.

4 000 décès évités

Le rapport évalue ainsi (avec un intervalle de confiance de 95%) ce qu'aurait été le taux de vaccination sans le passe sanitaire dans les trois pays :

  • 65,2% en France (contre 78,2% avec le passe sanitaire, soit un écart de 13 points) ;
  • 67,3% en Allemagne (contre 73,5%, soit un écart de 6,2 points) ;
  • 70,4% en Italie (contre 80,1%, soit un écart de 9,7 points).

L'impact plus fort du passe en France peut s'expliquer par des restrictions d'activités sans passe moins fortes et une communication moins claire en Allemagne et en Italie. Le rapport souligne le rôle important en France du passe sur la vaccination des plus de 60 ans (8,9 points d'écart sans mise en place du passe, contre la moitié pour l'Italie).

Le rapport évalue aussi le nombre de décès évités grâce au passe sanitaire :

  • 4 000 en France ;
  • 1 300 en Italie ;
  • 1 100 en Allemagne.

Quant au nombre cumulatif d'admissions à l'hôpital, il aurait été plus élevé sans le passe :

  • de 31% en France ;
  • de 15,5% en Italie ;
  • de 5% en Allemagne.

De même, sans le passe, le nombre de patients atteints de Covid en soins intensifs aurait été supérieur de 45% en France (contre 27% en Italie et 12% en Allemagne). La pression hospitalière aurait alors dépassé celle atteinte lors des confinements.

Effets du passe sanitaire sur l'économie

Le passe sanitaire a pu avoir aussi un impact direct sur l'activité économique en permettant aux personnes vaccinées d'avoir des interactions économiques et sociales avec moins de risques. Indirectement, ce dispositif a réduit la nécessité de mise en place de restrictions par les autorités (y compris les confinements). Le rapport combine les estimations des effets :

  • du passe sanitaire sur la vaccination ;
  • de la vaccination sur le PIB hebdomadaire (évalué par l'OCDE).

Augmenter la part de vaccinés dans la population de 1 point de pourcentage permet d'augmenter le PIB de 0,052 point de pourcentage un mois plus tard. Sans le passe sanitaire, à la fin 2021, le PIB hebdomadaire aurait été plus bas :

  • en France de 0,6% ;
  • en Italie de 0,5% ;
  • en Allemagne de 0,3%.

Selon le CAE, cela aurait correspondu, pour le second semestre 2021, à des pertes d'environ :

  • 6 milliards d'euros en France ;
  • 2,1 milliards d'euros en Italie ;
  • 1,4 milliard d'euros en Allemagne.

En conclusion, le rapport souligne que, plus qu'une obligation vaccinale contraignante, le passe sanitaire a eu des aspects bénéfiques importants sur le taux de vaccination, la santé des populations et l'économie des pays qui l'ont mis en oeuvre et étendu à des activités sociales.