Rapport annuel 2021 - Santé mentale des enfants : le droit au bien-être

Auteur(s) moral(aux) : Défenseur des Droits

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Temps de lecture > 30 minutes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

A l’occasion du 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant, la Défenseure des droits et son adjoint Défenseur des enfants rendent public leur rapport annuel consacré aux droits de l’enfant : Santé mentale des enfants : le droit au bien-être. Le défaut de prise en charge des troubles de santé mentale et les manquements aux droits qui en découlent constituent une entrave au bon développement de l’enfant et à son intérêt supérieur.
La Défenseure des droits appelle à prendre la pleine mesure de l’enjeu décisif que représente la bonne santé mentale des enfants et à agir urgemment pour sortir des approches fragmentaires et strictement sanitaires.  Elle souhaite que la santé mentale soit appréhendée dans sa globalité, conformément à l’approche retenue par l’Organisation mondiale de la santé, en lien avec la santé physique et avec l’environnement dans lequel évolue l’enfant, comme l’environnement familial et scolaire, les relations affectives, les conditions de vie, les réseaux sociaux, etc.
Les nombreuses saisines traitées par l’institution soulignent le manque de professionnels du soin et de structures adaptées, mais aussi la difficulté pour les professionnels d’avoir une approche globale de la situation d’un enfant. L’insuffisante prise en compte du bien-être de l’enfant, notamment dans le cadre de la scolarité avec, par exemple les situations de harcèlement, empêche les enfants d’accéder pleinement à leur droit à l’éducation. Il faut donc répondre aux insuffisances dont souffre le secteur de la santé mentale, notamment dans ses aspects spécifiques touchant aux soins en pédopsychiatrie, en investissant massivement pour développer les offres de prise en charge et d’accompagnement, les propositions de suivi, les lieux d’écoute.

29 recommandations à destination des pouvoirs publics sont formulées dont :

  • l’urgence à agir pour développer des dispositifs d’accueil des jeunes enfants,
  • l’accompagnement à la parentalité,
  • les moyens accordés au réseau de la protection maternelle et infantile (PMI) sur le territoire,
  • et la formation aux droits contre le harcèlement scolaire.
Revenir à la navigation

Sommaire

Éditorial
Introduction

Partie 1 - Pour chaque enfant dans son quotidien : promotion, prévention et détection

1·1 Garantir un environnement familial et social favorable au bien-être de l’enfant

1·2 Garantir un environnement scolaire attentif au bien-être de l’enfant

1·3 Orienter le plus précocement possible

Focus Les conséquences inquiétantes de la crise sanitaire sur la santé mentale des enfants
Les effets ambivalents des confinements
L’explosion des troubles psychiques
Un amplificateur des inégalités sociales
Des effets à long terme dont la teneur est encore mal connue

Partie 2 - L’urgence à mieux protéger la santé mentale des enfants les plus fragiles

2·1 Faciliter et améliorer les prises en charge pour les enfants suivis en pédopsychiatrie

2·2 Favoriser une culture de la bienveillance dans les modalités d’accompagnements des enfants et des jeunes particulièrement vulnérables

Conclusion
Annexes

1·Liste de recommandations
2 Liste des sigles
3 Consultation nationale du Défenseur des droits auprès des moins de 18 ans, « J’ai des droits, entends-moi »
4 Liste des associations et structures ayant participé au projet de Consultation des enfants
5 Liste des personnes auditionnées et des contributions écrites
Auditions
Contributions écrites

6 Notes

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 80 pages

Édité par : Défenseur des droits

Collection :

Revenir à la navigation