Livre blanc de la sécurité intérieure : quelles évolutions pour la police d'ici 2030 ?

Face aux transformations de la délinquance et de la société, la sécurité intérieure doit trouver de nouvelles réponses pour renforcer la confiance avec les citoyens. Elle doit aussi moderniser ses moyens organisationnels, techniques et technologiques.

Temps de lecture  3 minutes

Policiers de dos dans une rue commerçante.
L’efficacité des forces de sécurité intérieure doit être renforcée par le développement d’une approche transversale, décloisonnée et déconcentrée, notamment en réformant la gouvernance de la police nationale. © Pictures news - stock.adobe.com

Porter les crédits concernant la sécurité à 1% du PIB en 2030. Avec ses 200 propositions, le Livre blanc de la sécurité intérieure du ministère de l’intérieur est le résultat d’une large concertation faite d’experts de la sécurité, d’élus, de préfets, d’agents de terrain, de chercheurs et d’universitaires, d’acteurs de la sécurité privée ainsi que de citoyens associés à son élaboration.

Ce rapport constitue ainsi un cadre pour la rédaction d’une future loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure en 2022. Certaines propositions ont d'ailleurs déjà été intégrées au Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO), d’autres le sont dans la proposition de loi relative à la sécurité globale.

Renouer avec les citoyens et le terrain

Le rapport insiste sur l’importance de l’humain et souhaite "une sécurité à hauteur d’homme". Pour cela, le rapport encourage de :

  • renouveler le pacte de protection et de sécurité, en recréant les conditions de confiance entre la population et les forces de sécurité, en réaffirmant le sens de leur mission, en promouvant et valorisant leur exemplarité (respect de la déontologie) ;
  • assurer le continuum de la sécurité, avec les autres politiques publiques mises en œuvre dans les enjeux de sécurité (justice, armée, éducation nationale...), avec les maires (pivot de la sécurité dans sa commune), les polices municipales (renforcer leur rôle) et la sécurité privée (en assurant des garanties de contrôle).

Différentes formes de délinquance

Alors que la société connaît de profondes mutations (modification du rapport à l’autorité, judiciarisation...), le rapport constate aussi une évolution de la délinquance (itinérance des délinquants, utilisation des nouvelles technologies...), cette délinquance pouvant engendrer d'ailleurs un sentiment d’insécurité, d’abandon ou de relégation de la part de certains Français.

Moderniser les moyens pour une efficacité renforcée

L’efficacité de la police et de la gendarmerie doit être renforcée par le développement d’une approche transversale, décloisonnée, et déconcentrée, en redessinant la carte territoriale de la sécurité et en réformant la gouvernance des forces de sécurité.

La politique des ressources humaines implique certaines transformations : recrutement, formation, parcours professionnel, développement des compétences, promotion, management.

La numérisation des services doit être accrue. Les outils des forces de sécurité tels que la biométrie (utilisation de la reconnaissance faciale dans l'espace public), l’intelligence artificielle, la connectivité des services sont à développer.

D’autres moyens nécessitent d'être renouvelés : le parc immobilier, les équipements, le moyens aériens ou encore le dispositif d’alerte des populations.