Abstention et participation électorale : l'Assemblée nationale lance une consultation citoyenne en ligne

En France, le vote n'est pas obligatoire. Consulter directement les citoyens sur les causes de l’abstention lors des différents scrutins, mieux connaître leurs motivations : tels sont les objectifs d'une consultation en ligne organisée par l'Assemblée nationale du 1er au 31 octobre 2021.

Urne de vote avec bulletins un jour d'élection.
Les résultats de cette consultation seront rendus publics. Des propositions sont attendues de la part des députés composant cette mission d'information d'ici la fin de l'automne 2021. © plprod - stock.adobe.com

L'abstention progresse aux différents scrutins au suffrage universel depuis trente ans. Sa hausse a été nette aux élections législatives, avec un niveau record en 2017. Elle a connu un pic historique aux élections municipales en 2020. Enfin, elle a été encore très forte aux élections départementales et régionales de juin 2021.

Les 26 députés qui participent à la mission d’information mise en place en juin 2021 "visant à identifier les ressorts de l’abstention et les mesures permettant de renforcer la participation électorale" ont donc ouvert une consultation en ligne sur l'abstention et la participation électorale où les citoyens sont associés à leurs réflexions. Lancée le 1er octobre 2021, l'initiative est axée autour de trois thématiques :

  • le comportement électoral, notamment les raisons pour lesquelles les citoyens ne se rendent pas aux urnes ;
  • les mesures à prendre pour mobiliser l'électorat ;
  • le rapport à la chose publique.

Améliorer la participation électorale

Pour tirer les leçons des records d'abstention lors des derniers scrutins et proposer des solutions pour mobiliser l'électorat, un questionnaire est disponible du 1er au 30 octobre sur le site de l'Assemblée nationale

Il est composé de 25 questions. Les citoyens sont appelés à répondre notamment sur les modalités qui permettraient d’inciter à l’exercice du droit de vote en lien par exemple avec le vote blanc :

  • "Seriez-vous favorable à ce que le vote blanc soit considéré comme un suffrage exprimé, c’est-à-dire qu’il soit pris en compte lors du calcul du résultat des élections ?"
  • En cas de prise en compte du vote blanc comme suffrage exprimé, souhaitez-vous que cela puisse conduire à l’invalidation de l’élection et à un nouveau scrutin ?"

D'autres questions portent encore sur :

  • le vote obligatoire "Seriez-vous favorable au vote obligatoire ?"
  • l'âge du droit de vote "Seriez-vous favorable à l’ouverture du droit de vote dès 16 ans ?"

Par ailleurs, les citoyens peuvent également s'exprimer sur l’organisation des scrutins pour :

  • permettre le vote à distance par internet ;
  • voter à l’urne par anticipation ;
  • ouvrir les bureaux de vote un jour de semaine ;
  • organiser plusieurs élections le même jour.

Comprendre l'abstention

Sur les causes structurelles de l’augmentation de l’abstention en France, les citoyens sont aussi appelés à s'exprimer par rapport à ce type de questions :

  • "Estimez-vous que notre système démocratique fonctionne ?"
  • "À quelle fréquence votez-vous ?"
  • "Seriez-vous favorable à une évolution vers un régime : accordant plus de pouvoir au président de la République ou plus de pouvoir au Parlement ?"

Les résultats de cette consultation seront rendus publics à l’issue de leur analyse. Des propositions sont attendues de la part des députés composant cette mission d'information d'ici la fin de l'automne 2021.