Élections : des propositions pour lutter contre l'abstention

Inscription automatique sur les listes électorales en cas de déménagement, vote par correspondance, par internet ou par anticipation... Remis le 8 décembre 2021, un rapport parlementaire publie 28 propositions pour renforcer la participation aux élections.

Vue sur des isoloirs avec une seule personne choisissant son bulletin de vote.
Le rapport d'information recommande notamment l’inscription automatique sur la liste électorale de la nouvelle commune en cas de déménagement. © Lionel Bonaventure/AFP

Un niveau élevé d'abstention aux derniers scrutins, particulièrement lors des élections départementales et régionales de 2021 (plus de 65% au premier et second tours).

C'est dans ce contexte que le président de l'Assemblée nationale a demandé un rapport visant à identifier les ressorts de l’abstention et les mesures permettant de renforcer la participation électorale.

Les causes de l'abstention

Parmi les raisons citées par les personnes qui envisagent de s'abstenir au premier tour de la prochaine élection présidentielle, 30% des répondants à la consultation menée en octobre 2021 par l'Assemblée nationale évoquent surtout "le sentiment que c'est la même politique qui est menée quel que soit le parti au pouvoir".

D'ailleurs, 6% de Français en âge de voter (soit 3 millions de personnes) ne sont pas inscrits sur les listes électorales selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). À ces abstentionnistes qui peuvent ainsi exprimer leur désaccord s’ajoutent 7,6 millions de mal-inscrits en 2020. Il s'agit d'électeurs présents sur une liste dans une autre commune que celle où ils sont domiciliés. 

Depuis les années 1980, l'abstention augmente. Elle touche tous les scrutins sauf celui de l'élection présidentielle. Selon le rapport d'information, deux principales raisons expliquent ce phénomène, à la fois la hausse :

  • du vote intermittent (les électeurs votent en fonction des enjeux) ;
  • et de l’abstention systématique (désintérêt pour les élections), véritable "rupture avec les urnes".

Les députés soulignent que les plus jeunes et les moins diplômés sont les plus concernés.
 

Renforcer la démocratie citoyenne

Pour limiter l’abstention, le rapport parlementaire formule 28 propositions notamment : 

  • l’inscription automatique sur la liste électorale de la nouvelle commune en cas de déménagement ;
  • la possibilité d’avoir deux procurations lors de tous les scrutins nationaux, locaux et européens ;
  • l'expérimentation, dans les communes volontaires, du vote par correspondance et par internet lors de prochaines élections locales (ou lors de référendums locaux) ;
  • l'expérimentation du vote par anticipation ;
  • le vote dans la commune de son choix lors des élections liées à la présidentielle, aux européennes et aux référendums en se fondant sur le répertoire électoral unique ;
  • le développement des référendums d’initiative locale, des consultations citoyennes et des ateliers citoyens ;
  • la simplification des scrutins pour les élections des conseillers départementaux et régionaux.

Toutefois, la reconnaissance du vote blanc est absente des propositions, en particulier pour éviter un "risque de paralysie" et une "atteinte à la légitimité des élus". Elle est pourtant plébiscitée par les électeurs ayant participé à la consultation réalisée en octobre 2021 sur le site de l’Assemblée nationale : environ 88% d’entre eux estiment que cette reconnaissance les inciterait à aller voter.

De même, l'instauration du vote obligatoire n'a pas été retenue comme proposition.