Sommet européen du 30 et 31 mai 2022 : de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie

Les 30 et 31 mai 2022, les dirigeants européens se sont réunis à Bruxelles pour un sommet extraordinaire consacré à la guerre en Ukraine. Les 27 pays de l'Union européenne (UE) sont parvenus à un accord sur le 6e paquet de sanctions à l'encontre de la Russie, qui comporte notamment un embargo sur les importations de pétrole russe.

Drapeaux des 27 pays de l'Union européenne.
Au-delà des sanctions de ce 6e paquet, les dirigeants de l'UE ont approuvé une aide exceptionnelle de 9 milliards d'euros en 2022 pour aider le gouvernement ukrainien. © MoiraM - stock.adobe.com

Lors du premier jour de ce sommet européen extraordinaire des 30 et 31 mai 2022, les dirigeants de l'Union européenne (UE) ont résolument condamné la guerre menée contre l'Ukraine et se sont mis d'accord sur le 6e paquet de sanctions à l'encontre de la Russie. Le lendemain, les chefs d'État et de gouvernement ont débattu de l'énergie, de la défense et de la sécurité alimentaire.

Embargo sur le pétrole russe

Les conclusions du sommet approuvées par les dirigeants de l'UE prévoient un embargo sur le pétrole brut et les produits pétroliers livrés par bateau depuis la Russie. Il est demandé au Conseil de l'UE de finaliser et d'adopter "sans délai" cet embargo.

Une exception temporaire sera prévue pour le pétrole brut livré par oléoduc afin de lever le veto de la Hongrie qui bloquait l'adoption de ce nouveau paquet de sanctions. Le Conseil européen reviendra "dès que possible" sur cette exemption, le temps de trouver des alternatives d'approvisionnement pour les pays sans accès à la mer, comme la Hongrie et la Slovaquie, dépendants du pétrole acheminé de Russie par oléoduc.

De leur côté, l'Allemagne et la Pologne ont pris l'engagement de ne plus acheter de pétrole russe transporté par oléoduc, ce qui devrait permettre d'interdire 90% des importations de pétrole russe dans l'Union européenne d'ici la fin 2022. 

L’accord final prévoit par ailleurs :

  • l’exclusion de trois banques russes du système financier international Swift, dont la plus importante du pays, la Sberbank ;
  • de nouvelles sanctions contre plus de 80 hauts responsables réputés proches du Kremlin ;
  • l’arrêt de la diffusion de trois médias contrôlés par Moscou.

Soutien à l'Ukraine, défense, énergie et sécurité alimentaire

Au-delà des sanctions de ce 6e paquet, les dirigeants de l'UE ont approuvé une aide exceptionnelle de 9 milliards d'euros en 2022 pour aider le gouvernement ukrainien "à faire face à ses besoins urgents de liquidités".

La défense européenne était aussi l’un des principaux sujets de ce sommet européen. Le président Emmanuel Macron a annoncé à l'issue du sommet des 30 et 31 mai 2022 que les 27 avaient "acté le besoin [...] d'investir davantage", au-delà des 500 millions d'euros supplémentaires qui ont été décidés pour la période 2023-2024, afin de "bâtir une base industrielle et technologique de défense plus forte".

En matière d'énergie, les 27 ont également discuté de la stratégie REPowerEU qui doit permettre à l'UE de se détourner des combustibles fossiles russes, et plus spécifiquement du gaz.

Enfin, le dernier sujet abordé lors de ce sommet concerne la sécurité alimentaire. Dans leurs conclusions, les chefs d’État et de gouvernement appellent Moscou à "lever le blocage des ports ukrainiens sur la mer Noire et à autoriser les exportations de denrées alimentaires, en particulier depuis Odessa". Le Conseil européen invite les États membres à accélérer les travaux sur les "corridors de solidarité", proposés par la Commission européenne en mai 2022, pour permettre à l'Ukraine d'exporter ses 20 millions de tonnes de céréales et les acheminer vers les pays qui en ont le plus besoin, notamment le continent africain.