Accès aux engrais : des propositions contre l'insécurité alimentaire dans le monde

Les prix des engrais azotés ont fortement augmenté depuis fin 2020. À l'occasion de la 77e Assemblée générale des Nations unies, la France, la Commission européenne et l'Union africaine ont présenté des initiatives pour faciliter l'accès des pays les plus vulnérables aux engrais.

Transport d'engrais au Havre.
En 2021, l'UE a importé 2,9 millions de tonnes d'ammoniac et 4,7 millions de tonnes d'urée qui sont utilisés pour la production d'engrais azotés. © Sameer Al-Doumy / AFP

Pour répondre aux difficultés en matière d’approvisionnements en engrais qui frappent les États les plus fragiles, la France, avec ses partenaires, a annoncé, le 23 septembre 2022, une initiative afin de lutter contre l'insécurité alimentaire dans le monde. Les propositions évoquées devront être précisées d'ici l'organisation du sommet du G20 de Bali (Indonésie) qui se tiendra du 15 au 16 novembre 2022.

Pourquoi la hausse des prix des engrais azotés ?

La guerre en Ukraine, la fermeture des ports chinois comme conséquence de la pandémie de Covid-19, l'inflation et la hausse des prix du gaz sont parmi les raisons principales de l'augmentation des prix de ces engrais.

Faciliter l'accès aux engrais

Intitulée "Opération sauvetage des récoltes", l'initiative a été lancée pour faire face à l'envolée des prix. La "priorité est de lever les restrictions injustifiées à l’exportation, de lutter contre la spéculation et d’améliorer la transparence des stocks".

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale du commerce (OMC) doivent maintenant dresser une cartographie sur les "restrictions à l'exportation", la "transparence sur les marchés" et les "besoins en engrais" des pays vulnérables situés notamment en Afrique.

Une levée des droits de douane ?

À l'occasion de la réunion informelle des ministres européens de l’agriculture à Prague, a été proposée, le 16 septembre 2022, la levée des droits de douane sur l’importation d’ammoniac et d’urée, "une mesure nécessaire pour aider les producteurs d'engrais et faire retomber les prix" selon le Commissaire européen à l'agriculture, Janusz Wojciechowski. La Commission européenne avait déjà fait une proposition en ce sens en juillet 2022.

Le marché des engrais azotés

En 2021, l'UE a importé 2,9 millions de tonnes d'ammoniac et 4,7 millions de tonnes d'urée. La Russie, l'Ukraine et la Biélorussie en étaient parmi les premiers exportateurs vers l'UE. Or, les conséquences de la guerre en Ukraine ont fortement réduit les importations dans l'UE de ces intrants utilisés pour la production d'engrais azotés. Et si d'autres fournisseurs bénéficient d'accords de libre-échange avec l'UE, une quantité notable provient de pays soumis à des tarifs douaniers élevés.