Le quinquennat

Le quinquennat consiste en un mandat présidentiel d’une durée de 5 ans. Il a été introduit dans la Constitution par la loi constitutionnelle du 2 octobre 2000.

Il s’agissait de mettre en place un renouvellement plus fréquent du mandat présidentiel et de diminuer les risques de cohabitation en alignant sa durée sur celle du mandat des députés (5 ans).

Cette révision de la Constitution n’écarte cependant pas toute possibilité de cohabitation (par exemple, en cas de démission ou de décès du président de la République, ou de dissolution de l’Assemblée nationale) et a contribué à modifier l’équilibre des pouvoirs.

L’institution du quinquennat en 2000 rompt avec la durée de 7 ans du mandat présidentiel (septennat) consacrée par les Constitutions de 1875, 1946 et 1958. Le septennat, bien qu’imposé davantage par les circonstances que par une véritable réflexion constitutionnelle, était néanmoins entré dans la tradition républicaine française. Cependant, de par son contexte d’adoption, il relevait davantage d’un héritage du principe monarchiste que d’une mise en œuvre de la doctrine républicaine, attachée à des mandats courts, afin de permettre l’expression la plus fréquente possible des électeurs.