Comparaisons internationales sur la gestion des âges et les politiques de l'emploi : le cas de l'Allemagne

Auteur(s) : Benjamin Joly

Auteur(s) moral(aux) : Inspection générale des Affaires sociales

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Parallèlement à son rapport annuel 2004 Gestion des âges et politiques de l'emploi", l'IGAS publie, sur le même thème, quatre rapports portant sur la Belgique, l'Allemagne, la Suède, le Royaume-Uni, ainsi qu'un rapport de synthèse sur l'Union européenne. L'inspection consacre par ailleurs quatre autres rapports portant chacun sur un secteur professionnel particulier (Bâtiments et travaux publics, industrie aéronautique, secteur bancaire, secteur sanitaire et social)."

Revenir à la navigation

Sommaire

INTRODUCTION

 PREMIERE PARTIE – LES ENJEUX DU VIEILLISSEMENT EN ALLEMAGNE

 1.1 UNE STAGNATION À DES NIVEAUX PEU ÉLEVÉS DE L'EMPLOI ET DE L'ACTIVITÉ DES SALARIÉS ÂGÉS
 1.1.1 Un profil démographique encore dans la moyenne des pays européens
 1.1.2 Des taux d'emploi et d'activité supérieurs à la moyenne européenne, mais qui n'ont pas progressé depuis 10 ans
 1.1.3 Des taux d'emploi et d'activité des salariés âgés qui stagnent : sous représentation des salariés âgés
 sur le marché du travail, sur représentation dans le chômage
 1.1.4 Les caractéristiques de l'emploi des salariés âgés : la prédominance du temps partiel et du secteur public, un impact important de la taille des entreprises
 
 1.2 LES ENJEUX FINANCIERS, ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX D'UN ACCROISSEMENT DE L'ACTIVITÉ DES SALARIÉS ÂGÉS
 1.2.1 Un vieillissement qui sera parmi les plus marqués de l'Union européenne
 1.2.2 Un impact fort sur les finances sociales, qu'une participation accrue des actifs âgés à l'emploi pourrait rendre plus supportable
 1.2.3 L'élévation du taux d'emploi des salariés âgés : un enjeu spécifique pour le marché du travail et les salariés

 DEUXIEME PARTIE – LES FACTEURS EXPLICATIFS CONCERNANT L'EMPLOI DES SALARIES AGES EN ALLEMAGNE

 2.1 UN SYSTÈME DE PRESTATIONS SOCIALES INCITANT À LA CESSATION ANTICIPÉE D'ACTIVITÉ
 2.1.1 Un système de retraite globalement peu incitatif à la poursuite d'activité
 2.1.2 D'autres prestations sociales qui ont depuis longtemps offert des voies de transition vers les retraites
 2.1.3 Un rôle limité des indemnités liées aux arrêts maladie
 
 2.2 UN MARCHÉ DU TRAVAIL PEU FAVORABLE AUX SALARIÉS ÂGÉS ET UNE POLITIQUE DE L'EMPLOI QUI A LONGTEMPS PRIVILÉGIÉ LE RETRAIT ANTICIPÉ
 2.2.1 Un marché du travail relativement protecteur pour les salariés en place, mais qui s'est ajusté au détriment de certaines catégories de salariés
 2.2.2 Une atonie de l'activité économique qui a eu des répercussions fortes sur l'emploi des salariés âgés, particulièrement vulnérables aux restructurations
 2.2.3 Une politique de l'emploi active, mais qui a de longue date favorisé l'amortissement des chocs économiques par la cessation anticipée d'activité des plus âgés


 2.3 DES CONDITIONS DE TRAVAIL GLOBALEMENT DANS LA MOYENNE EUROPÉENNE, MAIS QUI N'EMPÊCHENT PAS UNE FRAGILITÉ DE LA SANTÉ AU TRAVAIL DES SALARIÉS ÂGÉS
 2.3.1 Des conditions de travail dans la moyenne de l'Union européenne
 2.3.2 Des salariés âgés moins fréquemment, mais plus longtemps malades que les autres classes d'âge
 
 2.4 LA POSITION DES ACTEURS JUSQU'À UNE DATE RÉCENTE : LA « GRANDE COALITION » EN FAVEUR DE LA CESSATION ANTICIPÉE D'ACTIVITÉ
 2.4.1 Un consensus de l'ensemble des acteurs, pour des raisons différentes
 2.4.2 Un consensus qui est devenu une véritable culture de la cessation anticipée d'activité

 TROISIEME PARTIE – LE RECENT « CHANGEMENT DE PARADIGME » CONCERNANT L'EMPLOI DES SALARIES AGES : L'EMERGENCE D'UNE POLITIQUE GLOBALE ET SES PREMIERS ENSEIGNEMENTS

 3.1 UNE PRISE DE CONSCIENCE DE L'ENSEMBLE DES ACTEURS À PARTIR DE LA FIN DES ANNÉES 1990, QUI A DÉBOUCHÉ SUR UN « CHANGEMENT DE PARADIGME » CONJOINT À COMPTER DE 2001
 3.1.1 Malgré des positions et un rythme de travail initialement différents, les pouvoirs publics et les partenaires sociaux ont progressivement fait évoluer leurs positions
 3.1.2 Depuis 2001, ils ont effectué un « changement de paradigme » commun en faveur de l'emploi des salariés âgés au sein de « l'Alliance pour le travail »
 
 3.2 LA MISE EN PLACE D'UNE POLITIQUE PUBLIQUE GLOBALE VISANT À ACCROÎTRE L'EMPLOI DES SALARIÉS ÂGÉS
 3.2.1 Une politique globale qui fait l'objet d'une coordination interministérielle
 3.2.2 La réorientation de la protection sociale pour être plus favorable à la poursuite d'activité et à l'emploi
 des salariés âgés
 3.2.3 La création d'incitations positives par des mesures et programmes spécifiques favorisant le maintien dans l'emploi et l'embauche des salariés de 55-64 ans
 3.2.4 Le développement de la recherche sur les questions liées aux salariés âgés et la diffusion des bonnes pratiques à grande échelle
 
 3.3 LES PREMIÈRES LEÇONS CONCERNANT LA MISE EN PLACE D'UNE POLITIQUE PUBLIQUE FAVORISANT L'EMPLOI DES SALARIÉS ÂGÉS EN ALLEMAGNE
 3.3.1 L'impact significatif des conditions macroéconomiques sur les politiques d'emploi des salariés âgés
 3.3.2 L'importance d'une démarche conjointe entre l'Etat et les partenaires sociaux au plus haut niveau, qui a débouché sur des mesures concrètes
 3.3.3 La mise en place d'une politique intégrant les différents déterminants, mais ciblée sur les plus âgés
 3.3.4 L'accent mis sur la dimension préventive, en particulier en matière de formation
 3.3.5 Les délais nécessaires pour effectuer un changement de paradigme et l'importance des actions sur les mentalités
 
 ANNEXES
 
 
 

 
 

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 68 pages

Édité par : Inspection générale des affaires sociales

Collection :

Revenir à la navigation

mots-clés :