Enfance protégée : Restitution de la Concertation nationale - Groupe de travail n° 3 : Mieux accompagner les enfants en situation de handicap

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Ministère des Solidarités et de la Santé

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Le 27 mars 2019, le Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé a lancé une concertation sur la prise en charge des enfants au titre de l’aide sociale à l’enfance. Six groupes de travail coprésidés par des présidents de conseils départementaux et composés d’une grande variété professionnels et d’anciens enfants placés ont travaillé pendant trois mois pour faire des recommandations afin d’améliorer le fonctionnement de cette politique publique. Le thème de ce rapport est l’amélioration de l’accompagnement des enfants en situation de handicap. Les cinq autres thèmes abordés sont : la sécurisation des parcours en protection de l’enfance, le développement de l’accueil familial, la promotion de l’ambition scolaire pour les enfants protégés, la diffusion d’une culture de la transparence et de la qualité dans les lieux d’accueil et le renforcement du pilotage de la politique publique de protection de l’enfance.

Revenir à la navigation

Sommaire

Diagnostic

1 – un phénomène insuffisamment pris en compte

2 – Des réponses inadaptées aux besoins des enfants

3 – Des cultures professionnelles cloisonnées

Plan d’actions proposé par le groupe de travail

1 – Mieux connaître pour mieux accompagner

2 – Mieux inclure en décloisonnant les politiques d’intervention et en innovant au profit des enfants à l’interstice des dispositifs

3 – Améliorer la prévention et le repérage précoce des handicaps afin de mettre en place rapidement les accompagnements sociaux et médico-sociaux adaptés

4 – renforcer la pertinence et la cohérence de l’accompagnement proposé à chaque enfant ou jeune protégé

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport officiel

Pagination : 12 pages

Édité par : Ministère des solidarités et de la santé

Revenir à la navigation