Canicules et feux de forêt : un "contrecoup climatique" attendu sur la qualité de l'air

Un rapport de l’Organisation météorologique mondiale, agence spécialisée de l’ONU, alerte sur l’effet de "contrecoup climatique" créé par le réchauffement climatique avec des canicules et des feux de forêt plus fréquents. La dégradation de la qualité de l’air engendrée pourrait affecter fortement la santé d’un quart de la population mondiale.

Vue aérienne d'un feu de forêt.
Les fumées dégagées par les feux de forêt dans l’ouest de l’Amérique du Nord et en Sibérie ont entraîné une forte augmentation des particules fines présentes dans l'air. © Anton Petrus - stock.adobe.com

Publié le 7 septembre 2022, le Bulletin annuel de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) sur la qualité de l’air et le climat évoque le lien étroit entre le changement climatique et la qualité de l’air. L’édition 2022 du Bulletin se concentre sur l’effet, en 2021, des feux de forêt.

Les effets du réchauffement climatique sur la qualité de l'air

Les fumées dégagées par les feux de forêt dans l’ouest de l’Amérique du Nord et en Sibérie ont entraîné une forte augmentation des particules fines présentes dans l'air. Ces particules fines constituent un grave danger pour la santé si elles sont inhalées pendant de longues périodes.

Un rapport de l'OMM sur le climat daté de mai 2022 montrait d'ailleurs, pour 2021, une concentration inédite dans l'air des gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane et protoxyde d'azote).

Selon les projections de l’OMM, même en cas de plus faibles émissions de CO2, la fréquence des feux de forêt devrait augmenter avec, pour conséquence, une plus forte pollution atmosphérique. Les polluants se déposant sur la surface de la Terre, le phénomène affectera également les écosystèmes naturels et les surfaces agricoles.

L’intensification des vagues de chaleur, sous l’effet du changement climatique, participe également à la concentration d’ozone de surface au détriment de l'air respiré.

À court terme, un quart de la population mondiale devrait ressentir plus intensément ce "contrecoup climatique", en particulier les pays déjà sujets à de fortes pollutions (Pakistan, Inde, Bangladesh, Chine…).

Un constat partagé

Dans le sixième rapport d’évaluation sur le changement climatique, les experts du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) prévoient une hausse de la probabilité de "feux de forêt de portée catastrophique" comprise entre 30% et 60% d’ici la fin du siècle, selon les scénarios d'évolutions des émissions de gaz à effet de serre.

Dans une publication de septembre 2022 sur les feux de forêt de l'été 2022 en France, l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) observe ce même phénomène de corrélation entre réchauffement climatique et augmentation de la pollution sur la base d'images satellites et de mesures de la qualité de l’air. En recourant à la modélisation numérique,  l’Ineris a reproduit la dispersion et le transport des particules émises par les feux de forêt majeurs qui ont sévi en France lors de l’été 2022.