Présentation

Par courrier en date du 5 août 2014, la secrétaire d'Etat chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche donnait mission à l'Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR) de conduire une réflexion sur la flotte océanographique française (FOF). La mission a été conduite conjointement avec le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD). Les interrogations posées par la lettre de mission portent notamment sur l'évolution nécessaire de sa gouvernance. Il ressort du rapport que le mode actuel de gouvernance de la flotte océanographique est insuffisamment intégré et complexe. La création en 2011 d'une unité mixte de service (UMS), bien qu'ayant permis de créer une plate-forme commune d'échanges entre les gestionnaires de la flotte, ne donne pas entière satisfaction. La mission considère qu'il faudrait adosser la flotte océanographique à l'Ifremer, selon un mode de gestion spécifique. Elle préconise de donner à la flotte un statut de service à comptabilité distincte (SACD), comme cela existe au sein des universités, ou son équivalent. Par ailleurs, plusieurs modalités d'armement correspondent à la pluralité actuelle des opérateurs gestionnaires de la flotte. La mission préconise le regroupement de tous les armements chez un seul armateur et d'établir une convention d'armement permettant de fixer des règles de gestion claires : objectifs en matière d'optimisation des campagnes, objectifs financiers en regard des moyens disponibles de I'UMS, l'établissement d'un compte d'exploitation et de résultats. Enfin, les capacités de la flotte doivent être redimensionnées à la baisse et optimisées. Son plan d'évolution doit être redéfini en intégrant un montage financier réaliste et multipartenarial, avec une part d'autofinancement procurée par les économies de gestion à réaliser.

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 76 pages

Collection :

Revenir à la navigation