Crise sanitaire : quel rôle pour le mécanisme de protection civile de l'UE ?

Le 24 mars 2020, en pleine crise sanitaire, l’Espagne a activé le mécanisme de protection civile de l’Union européenne (MPCU) pour faire rapatrier des centaines d’Européens bloqués en Amérique centrale. Le MPCU est l’outil humanitaire de l’Union.

Temps de lecture  2 minutes

© Reuters - stock.adobe.com

Depuis le début de l'épidémie de COVID-19, plus de 4 500 personnes ont été rapatriées vers l’Europe dans le cadre du MPCU. C’est le centre de coordination de la réaction d'urgence de la Commission européenne (CERU) qui, au sein du mécanisme, se charge d’organiser et de coordonner les opérations de secours. Depuis 2001, à plus de 300 occasions, il a coordonné l’aide humanitaire pourvue par le MPCU.

Le MCPU permet à un État membre (ou à un pays tiers) de demander une aide, via le centre de coordination de la réaction d’urgence. Le CERU fait partie du service de l’UE à la protection civile et opérations d'aide humanitaire européennes (ECHO).

La solidarité européenne à l’épreuve du COVID-19

Le 28 janvier 2020, la présidence croate a activé le mécanisme de réaction de l'UE en cas de crise (IPCR), dispositif intégré pour une réaction au plus haut niveau politique européen. Le même jour, la France a été le premier pays à activer le mécanisme de protection civile de l'Union dans le cadre de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Il s'agissait de mettre en place un appui consulaire aux citoyens européens présents à Wuhan (Chine). D'autres demandes ont été faites depuis pour activer le MPCU. Dans le cas des rapatriements, l'UE participe aux frais de transport.

Depuis, la Commission européenne a déployé un soutien concret dans trois domaines : rapatriements, masques et achat groupé d’équipements supplémentaires (appels d’offres). 

Quel rôle pour le CERU ?

Si la priorité a d’abord été le rapatriement de citoyens bloqués à l’étranger, le CERU assure à présent le déploiement de l’aide d’urgence, notamment en matériel médical, à travers toute l’Union. Un marché public a été lancé pour acheter des masques et des respirateurs. 

D'autres instruments européens sont à la disposition du MPCU, comme la réserve rescUE (2019). Celle-ci a initialement été créée pour la lutte aérienne contre les feux de forêt. La Commission a décidé le 13 février 2020 d’organiser un arsenal médical (masques, vaccins, respirateurs, matériel de laboratoire) au sein de ce dispositif. Il reste à voir si, dans la situation de pénurie actuelle, ce stock pourra être constitué à temps pour contribuer à combattre le COVID-19.