Élus locaux : la part des femmes augmente, celle des jeunes baisse

À la suite notamment des élections régionales et départementales en 2021, une étude de la Direction générale des collectivités locales (DGCL) dévoile le profil des nouveaux élus locaux. Elle constate une hausse de la part de femmes, alors que celle des jeunes élus a régressé par rapport à 2015.

Femme maire ceinte de son écharpe tricolore.
Parmi les élus municipaux, les femmes représentent 42,4% des élus en 2021 avec une progression de quasiment de dix points par rapport à 2001 (33%). © lorabarra - stock.adobe.com

L'étude publiée en août 2021 par la Direction générale des collectivités locales (DGCL) constate deux évolutions :

  • la part des femmes progresse parmi les élus locaux. Un des points de la loi du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique était de renforcer notamment la parité au sein des exécutifs locaux. La part des femmes atteint désormais presque 42% parmi les élus municipaux, mais elle reste plus faible et plus disparate parmi les présidents d’exécutifs ;
  • deuxième enseignement, la part des jeunes élus dans les conseils départementaux et régionaux a diminué en 2021 par rapport à 2015.

De plus en plus de femmes parmi les élus locaux

Selon l’étude, il y a une augmentation de la part des femmes parmi l’ensemble des élus locaux. En ce qui concerne les élus municipaux, la part des femmes atteint 42,4% en 2021 avec une progression quasiment de dix points par rapport à 2001 (33%). Dans les conseils communautaires, cette proportion a légèrement progressé passant de 31,4% en 2014 à 35% en 2021.

Les dispositions relatives à la parité adoptées au cours des dernières années imposent une stricte alternance des candidats de chaque sexe sur les listes. Cette obligation en vigueur depuis 2014 a également porté ses fruits parmi les conseillers départementaux : la part des femmes est passée de 13,8% en 2011 à 50% en 2015 et en 2021. Une progression similaire est observée dans les effectifs des conseils régionaux où la part des femmes s'élève désormais à 48,6%.

Si la part des femmes parmi les élus locaux augmente en général, celle-ci reste "plus faible et plus disparate parmi les présidents d’exécutifs" avec :

  • 11,4% des présidents de conseils communautaires ;
  • 19,8% des maires ;
  • 20,2% des présidents des conseils départementaux ;
  • 31,6% des présidents de régions.

La part des jeunes diminue par rapport à la pyramide des âges de la population

Selon l’étude, au 1er janvier 2021, la population française adulte est répartie équitablement en trois tiers entre les personnes de 18 à 40 ans, de 40 à 60 ans et de 60 ans ou plus. Or, la part d’élus de moins de 40 ans reste cependant "très inférieure" à ce tiers par rapport à la population de 18 ans et plus : elle varie entre 7% pour les conseillers communautaires et 18% pour les conseillers régionaux ou municipaux.

Les jeunes sont encore moins présents parmi les présidents d’organes délibérants. Seulement 3,9% des maires ont moins de 40 ans et aucun président de conseil régional n’a moins de 40 ans.

Quant au profil socio-professionnelle des élus locaux, l'étude fait ressortir que la part des agriculteurs et des cadres est proportionnellement plus élevée que dans la population tandis que les ouvriers sont moins représentés. En raison de nombreuses communes rurales, les agriculteurs restent ainsi fortement représentés avec 8% des conseillers municipaux et 7,5% des conseillers communautaires. Dans le même temps, les employés et les ouvriers sont très sous-représentés sauf au sein des conseils municipaux.