COP 27 : vers la création d’un fonds pour les États victimes du réchauffement climatique

La communauté internationale est parvenue, le 20 novembre 2022, à parachever l’accord final de la COP 27. Cet accord acte le financement des dommages subis par les pays vulnérables durement touchés par les catastrophes climatiques. Toutefois, il n'évoque ni la baisse du recours aux énergies fossiles, ni le rehaussement des ambitions climatiques.

Session de clôture de la COP 27. Centre international des congrès de Charm el-Cheikh, dans la station balnéaire égyptienne du même nom sur la mer Rouge, le 20 novembre 2022.
© Joseph Eid/AFP

Du 6 au 20 novembre 2022, chefs d’État, ministres, maires, représentants de la société civile et chefs d’entreprise se sont réunis à Charm El-Cheikh, en Égypte pour la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 27), le plus grand rassemblement annuel mondial concernant l’action climatique.

L'Union européenne (UE) y a accepté la création d'un mécanisme de financement des pertes et dommages pour les pays les plus vulnérables, en échange d'un engagement à abandonner progressivement les énergies fossiles.

    Accord sur la création d'un fonds "pertes et préjudices" pour les pays vulnérables

    Dans sa déclaration sur les résultats de la COP 27, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a qualifié la conférence de "petite avancée vers la justice climatique."

    C'est la première fois que les parties présentes entérinent le principe d'un fonds pour compenser les "pertes et préjudices", à savoir, les dégâts irréversibles déjà causés par le réchauffement climatique dans les pays les plus vulnérables. Un comité est chargé d'en déterminer les contours d'ici la COP 28 qui aura lieu à Dubaï en 2023. Ce mécanisme était attendu depuis des années par les principaux pays concernés. Néanmoins, le texte de l'accord n'apporte pas de précisions sur le financement du fonds.

    Pour rappel, les pays les plus touchés par le réchauffement de la planète sont les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre.

    Mais une absence d'accord sur la sortie des énergies fossiles

    Par ailleurs, la COP 27 n'a pas acté une accélération de la lutte contre le dérèglement climatique faute d’accord sur les énergies fossiles.

    Dans le communiqué publié le 21 novembre 2022 sur les conclusions de la COP 27, la COP 27 a réaffirmé l'engagement en faveur de l'objectif de limitation de l'augmentation de la température mondiale à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels. Mais, elle n'a pas permis d'obtenir des efforts supplémentaires :

    • ni sur un engagement des principaux émetteurs mondiaux des gaz à effet de serre de réduire progressivement les combustibles fossiles ;
    • ni sur un sursaut en matière d'atténuation du changement climatique par rapport à la dernière COP qui s'était déroulée à Glasgow en 2021.