Collectivités territoriales et transition écologique : des Français divisés sur les actions menées

Réalisée en 2021, une étude du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) analyse l'opinion des citoyens sur les actions des collectivités locales en matière d'environnement et de transition écologique.

Un tramway dans la ville. Mulhouse, dans le Haut-Rhin (68).
© jbwagner - stock.adobe.com

Quelles sont les attentes des Français en matière de transition écologique ? Quels freins peuvent faire obstacles aux pistes d'action ?

Publiée en juin 2022, l'enquête du Crédoc sur l'action des collectivités territoriales en matière de transition écologique vue par les citoyens a été réalisée en 2021 pour l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT). Cette étude entend "dépasser les déclarations de principe pour tester l’acceptabilité sociétale de différentes pistes d’actions concrètes".

La transition écologique : un enjeu principal de la politique locale ?

Pour 60% des personnes interrogées, la transition écologique est l’enjeu principal de la politique de développement territorial. Cette opinion provient essentiellement :

  • des cadres (67%) et diplômés du supérieur (66%), notamment ;
  • des personnes qui se situent à gauche politiquement ;
  • des habitants des Drom (départements et régions d'Outre-mer), du Nord et de l'Ouest de la France.

En revanche, 37% des Français considèrent que la transition écologique est une "contrainte qui freine la réalisation de politiques plus prioritaires" tel le développement économique, en particulier :

  • les ouvriers (52%) ;
  • les habitants de villes de moins de 50 000 habitants (42%) ;
  • les personnes se déclarant proches du mouvement des gilets jaunes (47%) ;
  • les habitants des régions méditerranéennes et de l'Est.

Une opinion divisée sur les actions locales

Pour 48% des Français, les collectivités locales "font ce qu’elles doivent" : personnes âgées, catégories socioprofessionnelles de milieu social modeste, notamment.

Mais 42% des Français estiment que les collectivités ne font "pas assez", en particulier les personnes :

  • très sensibles à l’environnement ;
  • plutôt situées à gauche politiquement ;
  • vivant dans les Drom ;
  • qui estiment prioritaires les économies d’énergie, la réduction de la circulation routière et les aides aux entreprises, la conversion vers une agriculture durable et le soutien aux acteurs privés très engagés.

Les habitants vivant dans un "territoire délaissé" sont plus nombreux à penser que les collectivités "en font trop". Même positionnement pour les personnes situées politiquement aux extrêmes.

Globalement, il ressort de l'étude que les collectivités doivent montrer l'exemple, notamment par :

  • la baisse de leur propre impact territorial (28%) ;
  • la formation de la population et des acteurs économiques (25%) ;
  • des règles qui limitent fortement les activités négatives pour l’environnement (21%).

Selon l'étude, ces résultats sont "assez conformes à la vision majoritaire" des missions d'une collectivité et du rôle des élus, à savoir une approche plus gestionnaire et quotidienne que visionnaire.