Délinquance : baisse globale en 2020 sauf pour les violences familiales et sexuelles

La plupart des indicateurs de la délinquance enregistrée par les services de police et de gendarmerie sont en forte baisse en 2020, à l'exception notable des violences intrafamiliales et sexuelles. Ces résultats sont principalement liés à l'épidémie de Covid-19 et aux deux confinements.

Temps de lecture  3 minutes

Gros plan sur un voleur fracturant une porte.
Les cambriolages de logements ont connu une baisse très nette en 2020 (-20%). © AA+W - stock.adobe.com

Dans une analyse de janvier 2021 sur l'insécurité et la délinquance en 2020, le ministère de l'intérieur, via son service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), donne une "première photographie" de l'année 2020.

Trois indicateurs qui étaient en forte hausse en 2019 (en particulier les violences sexuelles et familiales) continuent d'augmenter en 2020 mais de manière moindre. Les autres indicateurs (vols sans violence contre les personnes, cambriolages, vols de véhicules...) sont en forte baisse.

Cette première analyse sera suivie d'un bilan complet qui sera publié au deuxième trimestre 2021.

Hausse des violences intrafamiliales et sexuelles

Trois indicateurs continuent d'augmenter en 2020 :

  • violences sexuelles (+3% après +12% en 2019) ;
  • coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus (+1% après +8% en 2019) ;
  • escroqueries (+1% après +11% en 2019).

Comptabilisés dans les violences sexuelles, les viols connaissent une forte hausse (+11%). Le ministère de l'intérieur souligne que l'augmentation de ces indicateurs peut s'expliquer par la libération de la parole des victimes sur les différents réseaux sociaux ces dernières années. Les conditions d'accueil des victimes par les services de sécurité se sont aussi améliorées. Les violences sexuelles ont baissé de 56% durant le premier confinement et augmenté de 5% durant le second.

La hausse des coups et blessures volontaires enregistrée est liée à celle des violences intrafamiliales (+9% en 2020, avec un pic lors du premier confinement). La hausse des plaintes, amorcée en 2018, pourrait être l'effet du Grenelle des violences conjugales, qui s'est tenu en novembre 2019. Les coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus ont baissé de 34% durant le premier confinement et de 9% durant le second.

Les escroqueries augmentent légèrement en 2020 et sont réalisées en grande partie sur internet. Plus de la moité des débits frauduleux sur un compte bancaire sont effectués sous forme d'un achat en ligne. Les arnaques se font pour moitié sur internet, via un site ou un courriel. Les escroqueries ont baissé de 60% durant le premier confinement et augmenté de 15% durant le second.

Une baisse drastique des autres indicateurs

La plupart des autres indicateurs de la délinquance connaissent une baisse très nette en 2020 :

  • vols sans violence contre les personnes (-24%) ;
  • cambriolages de logements (-20%) ;
  • vols violents sans armes (-19%) ;
  • vols d’accessoires sur véhicules (-18%) ;
  • vols dans les véhicules (-17%) ;
  • vols de véhicules (-13%) ;
  • destructions et dégradations volontaires (-13%) ;
  • vols avec armes (-8%).

Les deux confinements contribuent fortement à ces résultats. Toutefois, les signalements enregistrés durant ces périodes peuvent concerner des faits antérieurs ou postérieurs.

Tous ces indicateurs, hormis les coups et blessures volontaires dans le cadre de violences intrafamiliales (5%), ont enregistré une très forte diminution lors du premier confinement (du 17 mars au 30 mai 2020). Une baisse supérieure à 70% est relevée en ce qui concerne les vols avec violence, les vols sans violence et les cambriolages.

Lors du second confinement (du 30 octobre au 14 décembre 2020), les violences sexuelles et les escroqueries ont connu une hausse (respectivement 5% et 15%). Pour le reste des indicateurs, les baisses sont moins prononcées que lors du premier confinement.

Le nombre des victimes d'homicide baisse en 2020 (863, c'est-à-dire moins 17 victimes par rapport à 2019).