Covid-19 : 7,5% de bénéficiaires supplémentaires du RSA en 2020

Sous l’effet de la crise sanitaire, le nombre de bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) a fortement augmenté en 2020. Le nombre d'étudiants aidés par le Crous a connu également une forte hausse (+39% en janvier 2021 par rapport à janvier 2020).

Femme ayant perdu son travail dans une file d'attente devant Pôle emploi.
Le nombre de bénéficiaires du RSA a fortement augmenté à la suite du premier confinement en raison de la dégradation de la situation économique. © Andrey Popov - stock-adobe.com

Afin de mesurer l'impact de la crise sanitaire sur l'évolution de la pauvreté en France, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a mis en place un suivi mensuel des prestations sociales durant l'épidémie du Covid-19.

Les chiffres portent sur le RSA, la prime d'activité, l'ASS (allocation de solidarité spécifique), l'AAH (allocation aux adultes handicapés), l'aide personnalisée au logement (APL) et, du côté des jeunes, la garantie jeunes et les aides du Crous.

Forte augmentation du nombre de bénéficiaires du RSA

Selon la Drees, 2,06 millions de foyers percevaient le RSA en décembre 2020. Cela représente une augmentation de 7,5% par rapport à décembre 2019.

Le nombre de bénéficiaires du RSA a fortement augmenté à la suite du premier confinement en raison de la dégradation de la situation économique. Cette croissance s'est poursuivie au déconfinement, atteignant un niveau élevé en juillet (8%), avant de se stabiliser en octobre et novembre. Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, la Drees note une légère diminution du nombre d’allocataires du RSA en décembre 2020.

Du côté de la prime d'activité, une aide versée par l'État aux travailleurs modestes, celle-ci était perçue par 4,58 millions de foyers fin décembre 2020, soit une augmentation de 1,6% en un an. Après une baisse à l'issue du premier confinement, le nombre de bénéficiaires repart à la hausse (+4,1% entre août et décembre) et a retrouvé, voire dépassé, son niveau d'avant-crise. Mais la Drees précise que ce nombre demeure largement inférieur à celui qu’il aurait dû être si la crise sanitaire n’avait pas eu lieu.

Des étudiants aidés plus nombreux

Pour les jeunes, la crise sanitaire a eu un impact important sur leur situation financière. Pendant le deuxième confinement, les chiffres montrent une forte hausse du nombre d’étudiants bénéficiaires d’une aide financière attribuée par le Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires de Paris) en cas de situation d’urgence ou de détresse avérée. En janvier 2021, la part d'étudiants aidés par le Crous a bondi de 39% par rapport à la même période en 2020. Environ 9 100 étudiants ont bénéficié d’une aide de 400 euros par bénéficiaire en moyenne.

Le montant total des aides attribuées de septembre à décembre 2020 a augmenté de 48% par rapport à la même période l’année précédente. Selon l'INSEE, cela s'explique par l’augmentation du nombre de bénéficiaires mais aussi du montant mensuel moyen par bénéficiaire (+10%).

Quant aux repas à un euro dans les cantines du Crous, le nombre de d'étudiants qui en ont bénéficié a augmenté en octobre (210 700), avant de diminuer fortement en novembre (43 200). Cette chute serait liée au deuxième confinement, mais aussi au passage aux cours en distanciel et aux vacances scolaires. Ce dispositif proposé aux étudiants boursiers depuis septembre 2020, a été élargi aux étudiants non boursiers en janvier 2021 en raison de la crise sanitaire. Depuis, les effectifs des bénéficiaires sont remontés à 72 300 en janvier 2021.