Comment les frais d’hospitalisation sont‑ils pris en charge ?

En cas d’hospitalisation, les frais sont pris en charge en moyenne à 80% par les caisses primaires d’assurance maladie. Cette prise en charge est cependant totale dans certaines conditions, si le patient hospitalisé est, par exemple, déclaré en affection longue durée (ALD), bénéficiaire de la complémentaire santé solidaire ou s’il est hospitalisé à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle.

En cas d’hospitalisation ne relevant pas d’une prise en charge à 100%, le patient doit s’acquitter :

  • d’un "ticket modérateur", c’est-à-dire de la partie de la dépense qui reste à sa charge, équivalant en moyenne à 20 % des frais d’hospitalisation ;
  • d’un "forfait hospitalier", qui correspond à la participation financière du patient aux frais d’hébergement et d’entretien entraînés par son hospitalisation. Il est dû pour chaque journée d’hospitalisation, y compris le jour de sortie. Le montant du forfait hospitalier est fixé par arrêté ministériel. Depuis le 1er janvier 2018, il est de :
  1. 20 € par jour en hôpital ou en clinique ;
  2. 15 € par jour dans le service psychiatrique d’un établissement de santé.
  • d’une "participation forfaitaire" de 24 € sur certains "actes lourds" – dont le tarif est égal ou supérieur à un montant fixé par l’État (120 € depuis 2018) –, à l’exception des actes suivants : transport d’urgence, actes de radiodiagnostic, actes d’imagerie par résonance magnétique ou IRM et scanner.

Il faut cependant noter que tout ou partie de ces sommes peuvent être prises en charge par les complémentaires santé.