Quel est le poids des multinationales dans les relations internationales ?

Aujourd’hui, le chiffre d’affaires de quelques firmes multinationales peut être supérieur au produit national brut (PNB) de certains États, ce qui équivaut pour elles à disposer d’une véritable puissance économique et financière. Même si la qualité de sujet de droit international ne leur est pas reconnue, ce poids économique leur permet désormais de s’imposer comme de véritables acteurs des relations internationales.

Leur expansion dépassant très souvent le cadre de leur État d’origine, les stratégies économiques qu’elles développent peuvent ne pas coïncider avec les intérêts de ce dernier. En outre, les enjeux économiques sous-jacents à certains contrats qu’elles peuvent conclure avec des États ou leur implantation sur le territoire de l’un d’entre eux les conduisent parfois à négocier de gré à gré directement avec les plus hauts responsables politiques. De même, les enjeux technologiques et/ou de sécurité liés aux domaines où certaines d’entre elles interviennent (technologies de communication, armement…) peuvent mobiliser l’attention de ces derniers.

À l’instar des États, elles peuvent être tentées d’employer divers moyens plus ou moins légaux pour peser sur la situation politique nationale ou l’orientation de la législation de l’État où elles se sont implantées. Leur stratégie peut ainsi consister à contribuer au développement d’un État (construction d’infrastructures, éducation par exemple). À l’extrême, cela peut aboutir dans certains cas à de la corruption pour renforcer une position et/ou éliminer la concurrence potentielle, voire conduire au maintien d’un régime politique favorable à leurs intérêts.