Pourquoi l’OMC a-t-elle été créée ?

L’Organisation mondiale du commerce prend la suite du GATT, celui-ci s’avérant incapable de répondre aux enjeux de la fin du XXe siècle. Créée à l’issue de l’Uruguay round, par les accords de Marrakech, l’OMC entre en fonction en 1995.

À l’instar du GATT, l’OMC cherche à réduire les obstacles au libre-échange. Toutefois, elle diffère de son prédécesseur sur plusieurs points. D’abord, il s’agit d’une organisation internationale de plein exercice, dotée d’une personnalité juridique. Ensuite, l’adhésion des membres se fait sur un socle commun de normes, bien différent de la participation à la carte que permettait le GATT.

L’OMC met par ailleurs en place une procédure rigoureuse de règlement des différends commerciaux, permettant de lutter contre l’unilatéralisme commercial, notamment pratiqué par les grandes puissances. Elle tente également de réguler de nouveaux domaines, comme l’environnement ou la concurrence. Enfin, l’adhésion de nouveaux membres conduit à relativiser la domination des pays industrialisés de la Quadrilatérale (États-Unis, Japon, Canada, Union européenne). Plus représentative de la composition de la scène internationale (adhésion de la Chine en 2001 et de la Russie en 2012), elle couvre désormais plus de 95 % du commerce mondial.

L’affirmation des puissances émergentes (Brésil, Chine, Inde) a permis la constitution de coalitions de blocage contre certaines propositions issues des puissances occidentales (agriculture, règles du travail…). Dès lors, l’organisation semble parfois dépassée par les intérêts contradictoires de ses membres. Du fait de ces obstacles, on peut observer ces dernières années un retour à des accords régionaux, contre la dynamique prônée par l’OMC.