Qu'est-ce qu'un État failli ?

La notion d’État failli peut correspondre à deux réalités :

  • soit une situation de faillite financière, dans laquelle un État n’est plus en mesure de régler les intérêts de sa dette ;
  • soit un État défaillant, au sens où il ne parvient plus à assurer ses fonctions régaliennes.

Dans les deux cas, l’État est confronté à des difficultés intérieures dont la résolution appelle généralement l’intervention d’acteurs extérieurs. Il représente également un risque de déstabilisation au-delà des frontières nationales.

L’insolvabilité de l’État engendre le plus souvent un dysfonctionnement du système bancaire national, des dévaluations monétaires et le défaut de paiement des salaires des fonctionnaires. L’intervention d’organismes financiers internationaux ou régionaux (FMI, Banque mondiale…) s’accompagne en général d’un plan de sauvetage économique rigoureux, et parfois même de la mise sous tutelle de l’État. L’absence de contrôle de la situation peut conduire au statut d’État défaillant.

La notion d’État défaillant (failed state) renvoie à l’impossibilité des autorités nationales de garantir le fonctionnement normal des institutions étatiques, le maintien de l’ordre public et de l’État de droit. Une telle situation voit généralement prospérer des entités prétendant se substituer aux autorités nationales. Selon la gravité des troubles intérieurs, l’action de la criminalité organisée, voire l’implantation de groupes terroristes, peuvent se trouver facilitées. La reconstruction de l’État (state building) constitue un processus politique et économique complexe, qui peut nécessiter une intervention militaire internationale et/ou régionale.