Comment le Conseil de sécurité fonctionne-t-il ?

Les 15 États membres du Conseil de sécurité prennent des décisions à une majorité de neuf voix qui doivent impérativement intégrer celles de cinq membres permanents (sauf pour les questions de procédure). Cela signifie que les cinq membres permanents (Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France, Royaume-Uni) disposent d’un droit de veto pouvant faire échec à l’adoption d’une résolution, ce qui leur confère, de fait, une forme d’immunité. Mais l’abstention de l’un des membres permanents ne fait pas obstacle à l’adoption d’une résolution. Les séances du Conseil de sécurité sont publiques, sauf en cas de décision contraire de ses membres.

Le Conseil de sécurité peut soit s’autosaisir soit être saisi par l’Assemblée générale, le Secrétaire général de l’ONU ou encore par tout État. Son président réunit le Conseil. À chaque séance, les membres adoptent un ordre du jour provisoire préparé par le Secrétaire général. Un point non traité est reporté à la séance suivante. La majorité des décisions prises sont adoptées sous forme de résolutions qui peuvent être contraignantes lorsqu’elles sont fondées sur le Chapitre VII de la Charte (Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’actes d'agression). Un procès-verbal est signé par le président du Conseil de sécurité au terme de chaque séance ; il est ensuite publié. En cas de séance à huis clos, il revient au Secrétaire général, qui assiste aux réunions, de publier un communiqué.

Dans ses travaux, le Conseil de sécurité peut se faire assister par des organes subsidiaires permanents ou non.